« Jujutsu Kaisen Cursed Clash » est un beau gâchis, même pour un fan acharné ! [TEST]

"Jujutsu Kaisen Cursed Clash" est un beau gâchis, même pour un fan acharné ! [TEST]

Qui n’a jamais entendu parler de Jujutsu Kaisen ? Le manga de Gege Akutami est l’un des plus grands succès de ces dernières années et son adaptation en jeu vidéo ne pouvait être inopinée. C’est donc sous la forme d’un jeu de combat que Bandai Namco édite ce Cursed Clash espéré des fans. Malheureusement, il risque fort de faire grincer des dents… 

Nota Bene : Nous avons testé le jeu sur PS5.

Tâchons d’abord d’évoquer de manière vulgaire ce qu’est le phénomène shonen japonais. Le premier arc de l’intrigue débute avec la connaissance de Yuji Itadori, un lycéen presque normal avec des capacités supérieures à la moyenne. Son existence est chamboulée après sa rencontre avec Megumi Fushiguro, un mystérieux exorciste qu’il entraîne dans un monde étrange, très dangereux où les malédictions sont légions. Très vite, Yuji sera contraint de rejoindre un lycée pour exorciste après avoir ingurgité le doigt d’un fléau.

Arrêtons-nous ici pour éviter tout spoil ou raconter tout ce qui pourrait empêcher une surprise. Jujutsu Kaisen est un plaisir à lire et à regarder dans son animé. Néanmoins, ce ne sera pas vraiment le cas pour le jeu vidéo. Cursed Clash remémore toute la première saison de la série. L’intrigue se déroule jusqu’au combat contre Eso et Kechizu. Pour les non-initiés, le jeu de Bandai Namco permet à toute personne ne connaissant pas le manga de s’y plonger aisément, malgré l’absence d’une vraie mise en scène digne de ce nom.

Un bon (gros manque de) punch dans la face !

La fidélité de l’animé est parfaitement présente tout le long du mode Histoire. Preuve en est que les cinématiques sont en réalité des vignettes tirées de l’oeuvre originale. Les chapitres se terminent assez vite, ce mode principal étant assez court. Malgré tout, il permet aisément de revivre les meilleurs combats de la saison. Pour essayer de rendre le tout passionnant, Jujutsu Kaisen Cursed Clash essaie de se démarquer par son gameplay !

Ainsi, son système de combat est particulièrement surprenant. Dans une grande arène, deux équipes de 2 personnages (2v2 mais aussi 1v1) doivent enchaîner les attaques afin d’augmenter une jauge d’énergie maudite. Lorsqu’elle est remplie, cette jauge permet d’aboutir sur des techniques spéciales prêtes à massacrer les ennemis. Chaque personnage possède deux compétences dont l’efficacité et le coût dépendent du niveau de cette jauge. Considérons alors ceci comme une évolution de puissance en plein combat. Cela nous rappelle beaucoup Dissidia : Final Fantasy. C’est assez déroutant, mais l’idée est extrêmement intéressante… sur le papier !

Car oui, c’est dans tout le reste que ce Jujutsu Kaisen Cursed Clash ne séduit pas. Autant être sincères, son absence de prise de risque et se contenter d’un strict minimum sont vraiment problématiques. Demon Slayer, Naruto Ultimate Ninja Storm et Dragon Ball Budokai Tenkaichi parviennent aisément à propulser le joueur vers le dynamisme et la fureur de leurs animés, via des mises en scènes vibrantes. Ce n’est absolument pas le cas ici.

Pour commencer, les affrontements sont mous, brouillons et illisibles. Le premier constat vient d’une caméra qui n’en fait qu’à sa tête. Pour ne rien arranger, la hitbox des combats est terriblement hasardeuse. On jurerait que certains pouvoirs pourraient être mortels pour notre adversaire mais le jeu en décide autrement. Rageant. Egalement, malgré le fait qu’il faut impérativement verrouiller son adversaire pour lui mettre la dérouillée qu’il mérite, on frappe beaucoup trop souvent dans le vide. La confusion domine littéralement des arènes redondantes et les combats s’éternisent jusqu’à la lassitude. 

Nota Bene : Le choix des arènes tourne vite en rond, procurant un aspect assez répétitif au titre. Cela s’aperçoit en outre durant le mode Histoire où l’on tombe toujours sur des zones en boucles.

Enfin, impossible de ne pas évoquer la lenteur du titre. Ce manque de vitesse est un vrai handicap ne permettant pas la moindre instance d’imprévisibilité contre son ennemi. Ce défaut s’aperçoit grandement par le système d’esquives. Maladroit, difficile à prendre en mains et surtout prévisible à souhait, il convient de l’oublier et de rester dans l’attaque. Pire encore, Jujutsu Kaisen Cursed Clash ne procure pas de sensation lors des combats. C’est sympathique en tant que spectateur, mais une fois la manette en mains, le problème est bien réel.

Des variétés qui font (un peu) plaisir !

Heureusement, nous pouvons quand même trouver un semblant d’amusement à travers les stratégies des aptitudes des différents personnages. Avec plus de 15 concurrents (avec DLC) aux styles différents, cela apporte avec bienvenue une diversité au casting. Choisir son combattant n’est donc pas un choix à prendre à la légère. Pour exemple, Yuji Itadori possède une capacité de vitesse tandis que Nobara Kugisaki joue sur le vaudou et les attaques à moyenne portée.

Notons aussi que l’on peut personnaliser ses personnages avec un contenu très varié et en grandes quantités dans la boutique du jeu, permettant de débloquer de nouvelles tenues grâce à l’argent amassé lors des combats. En soi, tout ceci résonne avec les autres adaptations comme My Hero One’s Justice mais la formule marche toujours.

On aurait tout de même adoré avoir un plus grand casting tant certains personnages manquent cruellement à l’appel. Finalement, les qualités restent très maigres tant le gameplay ne fonctionne pas, ce qui est véritablement dommage puisque son potentiel est instantanément gâché !

Nous ne pouvions terminer ce test sans mentionner un autre point particulièrement irritant. Jujutsu Kaisen Cursed Clash ne possède pas de multijoueur local mais se permet en plus d’avoir de très grosses lacunes en session online. On pourrait penser que le wi-fi est capricieux mais le problème vient du netcode. Les ralentissements sont fréquents, à l’instar des bugs de connexions. Trouver sa partie devient très rapidement insipide. Il faut absolument qu’une mise à jour règle cela, car sans un multijoueur correct, toute l’envie d’essayer de s’amuser tombe à plat. Que quelqu’un appelle un exorciste, vite !

Comment gâcher un aussi bon potentiel ? Jujutsu Kaisen Cursed Clash ne parvient jamais à se démarquer des autres adaptations du genre. Sa confusion et son absence de sensation parasitent un contenu qui aurait pu combler le fan acharné. Si son absence de multijoueur local est une hérésie, il est impossible de prendre plaisir lors de sessions en ligne. Difficile de le recommander au prix fort, même en étant un passionné assidu du manga. Peut-être qu’un exorciste appelé ‘mise à jour’ pourrait régler quelques détails qui changeront un peu la donne. Ce n’est pas gagné… Mieux vaut découvrir l’animé sur Crunchyroll…

Bande-annonce Jujutsu Kaisen Cursed Clash :

Pour nous suivre sur Facebook – Cultea 

One Reply to “« Jujutsu Kaisen Cursed Clash » est un beau gâchis, même pour un fan acharné ! [TEST]”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *