Des routes romaines découvertes au pays de Galles

| | ,

Au début de ce mois de juin, diverses preuves de la présence romaine ont été retrouvées au pays de Galles. De fait, des routes romaines ont été découvertes dans le nord du Pembrokeshire. Cela étend la présence de ce peuple plus à l’ouest de l’Angleterre que ce que l’on pensait jusqu’à présent.

Des routes romaines « complètement manquées »

C’est à l’archéologue Dr. Mark Merrony, un spécialiste romain et tuteur à l’université d’Oxford, que l’on doit cette découverte. Ce dernier, originaire de la région, a déclaré que ces routes avaient été « complètement manquées ». Une découverte étonnante, mais pas moins extraordinaire. En effet, le Dr. Merrony a retrouvé une section de voie romaine extrêmement bien conservée. Cette dernière était enterrée dans la tourbe, une matière spongieuse résultant de la décomposition de végétaux.

La route s’étend donc sur 11 km et mesure jusqu’à cinq mètres de large par endroits. D’autres preuves ont également été retrouvées dans des ruelles creuses, ainsi que des chaussées basses. Ces dernières, désormais à peine perceptibles, longeaient les routes et contournaient les collines – une manière typiquement romaine.

« Celui qui a fait [la route] devait avoir des centaines et des centaines d’hommes qui la faisaient avec lui. Cela ne peut venir que d’une armée. »

Dr. Merrony

Le Dr. Merrony trouve incroyable que la route ait été manquée jusqu'à présent
Le Dr. Merrony trouve incroyable que la route ait été manquée jusqu’à présent. (Crédit photo : Mark Merrony)

Le fait que la route soit tombée dans les oubliettes s’explique entre la fin du XVIIe et le début du XIXe siècle. De fait, les antiquaires s’accordaient pour dire qu’une voie romaine existait bel et bien. Pourtant, malgré sa présence sur les cartes de l’Ordnance Survey, elle a tout de même été effacée, d’après le Dr. Merrony.

« Sur une période de 50 ans, toute référence à une voie romaine dans la région a été progressivement supprimée des cartes de l’Ordnance Survey. »

Des routes oubliées

Des routes romaines déroutantes

Ainsi, pendant longtemps, la communauté archéologique britannique a pensé que les Romains ne s’étaient pas aventurés très loin dans le pays de Galles. Désormais, cette découverte prouve le contraire. Des preuves de pavage de ces routes ont même été découvertes.

« Je pense qu’ils vont devenir fous au pays de Galles à cause de cela, car ça renforce beaucoup plus la présence romaine dans le Pembrokeshire. Il y a cette idée que les Romains ne sont pas allés très loin au pays de Galles, mais en fait, ils étaient partout dans le pays. »

Dr. Merrony

Une enquête dans le temps

C’est en discutant des antiquaires des siècles précédents que le Dr. Merrony commence ses recherches au pays de Galles. En effet, Edward Lhuyd, géographe gallois et gardien de l’Ashmolean Museum d’Oxford dans les années 1690, a retenu son attention. Ce dernier a visité le pays de Galles en 1698 et a observé ce qui pouvait ressembler à des routes romaines, le long de la montagne. Ainsi, le Dr. Merrony a donné raison à cet antiquaire. De fait, en se rendant sur place, il découvre que ces routes reliaient des fermes et des villas romaines de la région, dont les vestiges ont été retrouvés.

Le Dr. Merrony s’attendait à tomber sur des forts. Mais finalement, l’absence de ces derniers n’est pas étonnante. En effet, militariser la région n’était pas nécessaire à l’époque, puisque la tribu celtique qui y vivait, les Demetae, était considérée pro-romaine. La route longe également une mine d’argent, un élément important qui pourrait montrer que les Romains en avaient connaissance et l’exploitaient.

Les futures recherches du Dr. Merrony sur le site, situé dans le parc national de la côte du Pembrokeshire, devraient être publiées dans le magazine Antiqvvs. Ce dernier est un magazine trimestriel consacré à l’archéologie, à l’histoire et à l’art ancien, fondé par l’archéologue lui-même. Les fouilles devraient permettre d’en apprendre plus sur ces routes et sur l’exploitation de la mine à l’époque, par les Romains.

 

Sources :

Précédent

« Signal » : le magazine allemand de propagande pour attendrir l’occupé

« Disney Speedstorm » : que sait-on sur le nouveau jeu de Disney ?

Suivant

Laisser un commentaire