Site icon Cultea

Comment la science et la guerre ont sauvé la Tour Eiffel de la destruction

Comment la science et la guerre ont sauvé la Tour Eiffel de la destruction

Symbole de Paris et même de la France, la Tour Eiffel était le clou du spectacle lors de l’exposition universelle de 1889. Cependant, il n’était pas prévu qu’elle perdure jusqu’à nos jours. Celle-ci devait en effet être détruite 20 ans plus tard, en 1909. Le destin en décida pourtant autrement… 

La Tour Eiffel : une démonstration de puissance devenue symbole

La tour Eiffel entama sa construction le 28 janvier 1887, pour l’Exposition universelle de Paris en 1889. Elle servira d’ailleurs également pour l’Exposition universelle de 1900. L’objectif était alors de démontrer la puissance industrielle de la France au reste du monde, en érigeant un bâtiment de 300 mètres de hauteur.

Cependant, il n’était pas question à l’époque de garder cet édifice comme symbole permanent de la France. Effectivement, 20 ans plus tard, elle devait être détruite. Mais le succès de la tour, associé à la force de volonté de Gustave Eiffel, changea la donne.

Un succès immédiat et flamboyant

Dès son ouverture, la Tour Eiffel connaît un succès monumental. L’édifice s’avère être un excellent investissement, aussi bien pour la ville de Paris que pour son concepteur Gustave Eiffel. Ce dernier amortit son coût de construction en seulement quelques années.

La Tour Eiffel et le Globe Céleste (Exposition universelle de 1900)

En l’espace d’à peine six mois, le bâtiment rapporte un bénéfice de 5,5 millions de francs (environ 22 millions d’euros), alors que sa construction n’a coûté que 8 millions, payés par Eiffel. En bref, c’est une réussite totale pour ce monument phare de l’Exposition universelle. Mais les années suivantes s’avèreront moins fastes, mettant en péril l’existence même de la tour.

Moins de visiteurs et une destruction imminente 

L’engouement pour la Tour Eiffel est-il un phénomène éphémère ? C’est ce que beaucoup ont pensé après l’Exposition universelle de 1889. En 1900, la fréquentation de la tour a chuté de moitié et se stabilisera un peu en dessous des 200 000 visiteurs annuels la décennie suivante.

Les touristes français et étrangers affluent beaucoup moins vers ce monument pourtant démesuré, laissant planer l’ombre d’une destruction à la date prévue. Mais Gustave Eiffel ne l’entend pas de cette oreille. Une stratégie est donc mise en place pour sauver ce monument.

La Tour Eiffel au service de la science…

Pour empêcher le démantèlement de l’œuvre de sa vie, Gustave Eiffel rallie la science à sa cause. La tour est ainsi associée à diverses expériences de météorologie, d’aérodynamisme, d’astronomie ou encore de photographie. Mais parmi toutes ces expérimentations, l’une d’elles viendra sceller le destin de la tour : les expériences de télégraphie sans fil (TSF).

La Tour permit un bond majeur de la télégraphie sans fil (TSF)

Le 5 novembre 1898, Eugène Ducretet réalise les premiers essais de télégraphie sans fil entre la tour et le Panthéon, avec un poste émetteur installé au sommet de l’édifice. En 1899, les ondes télégraphiques sont envoyées Outre-Manche. Et en 1913, la Tour envoie des dépêches jusqu’aux USA. Cette avancée majeure de la communication s’avèrera particulièrement utile dès l’année suivante.

et au service de l’armée ! 

En 1914, alors que la bataille de la Marne fait rage, le poste radiotélégraphique de la Tour reçoit une information capitale. Le Général Von der Marwitz, commandant une partie de l’Armée allemande, connaissait de sérieux problèmes d’intendance. Son avancée s’en trouvait alors très ralentie. Cette information permit à l’Armée française d’organiser une contre-attaque qui se solda par une victoire.

En outre, grâce aux communications de la tour, d’importants radiotélégrammes ennemis purent être déchiffrés. Certains espions furent démasqués, parmi lesquels la célèbre Mata Hari.

Une actrice de la diffusion culturelle 

Après avoir démontré son utilité scientifique et militaire, la Tour Eiffel s’imposa comme un vecteur culturel très important. C’est via elle que se démocratiseront les émissions de radio et la diffusion de musique dès les années 1920. À cette époque, Radio Tour-Eiffel est bien connue des Parisiens.

Dès 1935, un studio de télévision est créé rue de Grenelle et l’émetteur de la tour Eiffel vient aider à la diffusion. En 1953, grâce à ce même émetteur, la télévision pu diffuser en direct, et partout en France, les fêtes du couronnement de la Reine d’Angleterre.

Aujourd’hui encore, la Tour Eiffel est considérée comme le symbole de la France. Rares sont les films hollywoodiens, se déroulant à Paris, qui ne montrent pas au moins une fois cet édifice symbolique. Peu de touristes débarquent également dans la capitale française sans prendre le temps d’aller la contempler et s’y photographier. Pas mal pour un monument voué à être détruit il y a plus de 100 ans… 

 

A lire également : L’envol de Franz Reichelt, ou le plus fameux décollage de la Tour Eiffel 

A lire également : 22 octobre 1797, premier saut en parachute de l’histoire 

 

Sources : 

The following two tabs change content below.

Robin Uzan

Journaliste, photographe et réalisateur indépendant, écrire et gérer Cultea est un immense plaisir et une de mes plus grandes fiertés.
Quitter la version mobile