Ce jour là, il y a 487 ans, Ivan le Terrible succède à son père !

338e jour de l’année selon le calendrier grégorien ou, 339e si jamais l’année compte un 29 février, le 4 décembre marque le jour du sapin. Au cours des siècles passés, cette journée a vu de nombreux événements majeurs de l’Histoire se réaliser. Parmi eux, la succession d’Ivan à son père Vassili III dit le Grand. C’est en effet à 3 ans, le 4 décembre 1533, que le jeune Ivan succède à son père.

Comme le voulait la tradition, les boyards, c’est-à-dire les aristocrates, ont alors juré fidélité à son fils, le nouveau grand-prince de Vladimir et de Moscou, ainsi qu’à sa mère. En effet, Ivan était trop jeune pour exercer la réalité du pouvoir et c’est donc sa mère, assistée d’une vingtaine de boyards, qui a assuré la régence. Cette situation est loin d’être exceptionnelle, nombreux sont les règnes à avoir débuté par une période de régence. En France, on peut citer le début du règne de Louis XIV qui avait succédé à son père à l’âge de 5 ans.
Ivan est donc grand-prince de Vladimir et Moscou de 1533 à 1584, et le premier tsar de Russie de 1547 à 1584. Il fait partie de la dynastie des Riourikides à laquelle succède au XVIIe siècle la célèbre dynastie Romanov. Mais nous n’en sommes pas encore là…

Ivan le Terrible Statue

Une vie et un règne marqué par la violence et la peur

Le 4 décembre 1533, ouvre une période dangereuse et malheureuse pour Ivan, de laquelle il gardera tout au long de sa vie une méfiance envers l’aristocratie, notamment après le décès de sa mère alors qu’il a seulement 8 ans. Cette crainte se traduit particulièrement dans ses décisions politiques. En 1547, soit 14 ans après avoir succédé à son père, il est sacré tsar à Moscou. Il modernise la Russie mais rapidement sa politique se durcit et, se construit alors, sa légende noire. Il devient ainsi l’archétype du despote.

Le personnage d’Ivan le Terrible est connu pour de nombreuses raisons liées à sa politique, à sa main mise sur le pouvoir en Russie, aux exécutions violentes qui émaillent son règne, aux guerres menées contre les pays voisins mais aussi à son caractère, ses nombreux mariages – huit – ainsi qu’à des drames personnels tels que la mort de son fils ainé en 1581. Ce dernier décède des suites d’un coup asséné par son père lors d’une querelle qui oppose les deux hommes.

Enfin, la mort d’Ivan, le 28 mars 1524, reste aujourd’hui encore un mystère qui n’a fait que renforcer sa légende. Grâce à une étude récente, on a néanmoins pu retrouver de fortes doses de mercure dans ses ossements. Cette découverte interroge sur un potentiel empoisonnement volontaire, même s’il faut souligner qu’au XVIe siècle, les médecins prescrivent du mercure en poudre à des fins médicales sans avoir conscience de ses dangers. Selon certains historiens, cette raison expliquerait à la fois sa mort et ses crises de folie.

Quelques informations sur Ivan, tsar de toutes les Russies

  • Il porte comme second prénom Zmaragd qui signifie « émeraude ».
    Son surnom vient de Grozny qui, mal traduit, est devenu « terrible » alors qu’il signifie « redoutable » dans le sens de puissant.
  • Premier tsar de toute les Russies, Ivan IV officialise une utilisation jusqu’alors officieuse du titre. Son grand-père avait épousé une princesse byzantine et souhaitait par ce titre matérialiser la Russie comme héritière de l’Empire byzantin et de l’Empire romain.
  • Marié huit fois, sa septième épouse a été noyée le lendemain de la noce car elle n’était pas vierge.
  • Très pieux, son front est déformé à cause d’une callosité apparue suite à ses nombreuses prosternations devant les icônes.
  • Selon la légende, il aurait fait crever les yeux du ou des architecte(s) de la cathédrale Saint-Basile de Moscou afin qu’ils ne puissent pas reproduire une telle beauté.

Cathédrale St Basil Moscou

Figure majeure de l’Histoire de Russie mais aussi de l’imaginaire collectif, Ivan IV, a marqué l’histoire de la politique. Son règne fut fondateur dans le régime russe jusqu’à son renversement au début du XXe siècle. Partez à la découverte de ce personnage ambigu, presque effacé derrière sa légende noire. 

 

Pour aller plus loin sur le sujet :

P. Gonneau, Ivan le Terrible, ou le métier de tyran, Tallandier, 2014, 557p.

Article Ivan le Terrible (1530-1584): psychose, crimes et destructions, Nicolas Brémaud in L’information psychiatrique, 2013, pp. 185-192. 

Article Encyclopédia Universalis sur Ivan le Terrible

 

À lire également :

Guerre d’hiver : le 30 novembre 1939, l’URSS attaque la Finlande

Valéry Giscard d’Estaing, le troisième président de la Ve République, est décédé

4 Replies to “Ce jour là, il y a 487 ans, Ivan le Terrible succède à son père !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.