Zakhiku : une ville engloutie vieille de 3 400 ans a émergé du Tigre en Irak !

Zakhiku : une ville engloutie vieille de 3 400 ans a émergé du Tigre en Irak ! - Cultea

Vieille de 3 400 ans, les archéologues ont découvert une ville engloutie datant de l’empire Mittani, en Irak. Cette ville, à l’époque située sur le Tigre, a émergé alors que le pays fait face à la sécheresse due au changement climatique. Ainsi, cette vaste ville découverte et parée d’un palais pourrait bien être le Zakhiku, un centre important de l’empire Mittani.

L’Irak est l’un des pays les plus touchés au monde par le changement climatique. Pour faire face à la sécheresse et sauver les cultures, le pays a dû faire appel au réservoir de Mossoul. Cette réserve d’eau est la plus importante d’Irak. Ainsi, avec la baisse des niveaux de l’eau, cette ville autrefois submergée entièrement a fait son retour à la surface dans l’actuel Kemune, dans la région du Kurdistan. Un hasard qui a surpris les archéologues, qui se sont alors empressés de mener des fouilles sur le site.

Les ruines d’une ville antique

L’équipe de chercheurs est composée de l’archéologue kurde Dr. Hasan Ahmed Qasim et des professeurs Dr. Ivana Puljiz, de l’Université de Fribourg, et Dr. Peter Pfälzner, de l’Université de Tübingen. Ils ont pu fouiller le site et le cartographier en grande partie. Ainsi, la ville engloutie, Zakhiku, contiendrait un palais et plusieurs bâtiments, dont une fortification massive avec mur et tours, un complexe industriel et un bâtiment de stockage à plusieurs étages.

« L’immense bâtiment du magasin revêt une importance particulière car d’énormes quantités de marchandises ont dû y être stockées, probablement amenées de toute la région. »

Dr. Ivana Puljiz

Vue aérienne des fouilles de Kemune avec une architecture de l'âge du bronze en partie immergée dans le lac - Cultea
Vue aérienne des fouilles de Kemune avec une architecture de l’âge du bronze en partie immergée dans le lac (Photo : Universités de Fribourg et Tübingen, KAO).

Ainsi, la ville engloutie proviendrait de l’empire Mittani (1550-1350 avant J.-C.), qui contrôlait autrefois de grandes parties du nord de la Mésopotamie et de la Syrie.

« Les résultats des fouilles montrent que le site était un centre important de l’empire Mittani. »

Dr. Hasan Ahmed Qasim

Un « miracle » de conservation

Les ruines, bien qu’elles aient été englouties pendant 40 ans après la construction du réservoir, étaient néanmoins plutôt bien conservées. Cela s’explique par un tremblement de terre qui, autrefois, avait détruit Zakhiku vers 1 350 avant J.-C. Ainsi, les parties supérieures des murs se sont effondrées, ensevelissant les bâtiments.

Par ailleurs, en plus d’avoir fait la découverte des infrastructures de Zakhiku, les chercheurs ont également trouvé des artefacts. Datant de l’époque médio-assyrienne, cinq récipients en céramique contenant une archive de plus de 100 tablettes cunéiformes ont été découverts.

Vue dans l'un des récipients en poterie avec des tablettes cunéiformes, dont une tablette qui est encore dans son enveloppe d'argile d'origine - Cultea
Vue dans l’un des récipients en poterie avec des tablettes cunéiformes, dont une tablette qui est encore dans son enveloppe d’argile d’origine (Photo : Universités de Fribourg et Tübingen, KAO).

Cette découverte intéresse particulièrement les chercheurs qui espèrent qu’elle leur fournira des informations importantes sur la fin de l’empire Mittani et le début de la domination assyrienne dans la région.

« C’est presque un miracle que des tablettes cunéiformes faites d’argile non cuite aient survécu tant de décennies sous l’eau. »

Dr. Peter Pfälzner

Désormais, la préservation du site est engagée. Pour faire face à la montée des eaux, les parties excavées seront entièrement recouvertes avec des bâches en plastique et recouvertes de gravier. Ainsi, cela permettra de protéger les murs d’argile crue, et tout autre élément encore caché sur le site, de toute inondation. De fait, le site est actuellement à nouveau englouti. Ses secrets devront alors attendre.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.