Un kit de chasse aux vampires fait monter les enchères !

Un kit de chasse aux vampires fait monter les enchères ! - Cultea

Un mystérieux kit de chasse aux vampires contenant des objets réputés éloigner les monstres assoiffés de sang a déclenché une bataille d’enchères internationale.

La trouvaille a été vendue par Hansons Auctioneers le 30 juin. Avec une estimation de 2 000 à 3 000 £, elle a atteint un prix de 13 000 £. C’est plus de six fois son estimation basse ! Elle a été achetée par un particulier britannique après une compétition acharnée. Le prix total payé, avec la prime de l’acheteur, est de 16 900 £.

Compétition internationale

Charles Hanson, propriétaire de Hansons Auctioneers, a déclaré :

« L’intérêt pour cet objet avant la vente, tant de la part des acheteurs potentiels que des médias du monde entier, était intense. […] Les offres sont arrivées du monde entier, y compris de France, d’Amérique et du Canada, et la nouvelle de la découverte est devenue virale. »

Le kit de chasse aux vampires a en effet une provenance… particulière. Il appartenait à nul autre que Lord Hailey, un pair britannique administrateur de l’Inde. Cela veut donc dire qu’un représentant de la nation, membre de la noblesse, a trouvé utile de se prémunir des attaques d’un monstre imaginaire. Selon Hanson, cette appartenance a également joué dans la flambée des offres.

Contenu du kit

Les articles de la trousse de la fin du 19e siècle sont estampillés des initiales de Lord Hailey et elle contient son nom et son adresse. La boîte, qui contient des outils et des objets sacrés pour éloigner les vampires, comporte deux crucifix en laiton sur le couvercle qui servent de dispositif de verrouillage secret coulissant. À l’intérieur, se trouvent d’autres crucifix, une paire de pistolets assortis, une poire à poudre en laiton, de l’eau bénite, une Bible gothique, un maillet en bois, un pieu, des chandeliers en laiton, un chapelet et des documents de la police métropolitaine de l’époque.

William Malcom Hailey, premier propriétaire du kit de chasse aux vampires - Cultea
William Malcom Hailey, premier propriétaire du kit

Selon les mots de Charles Hansons, commissaire-priseur :

« William Malcolm Hailey, 1er baron Hailey (1872-1969) était reconnu pour son intelligence. Il a fait ses études au Corpus Christi College d’Oxford. Il a été gouverneur du Punjab de 1924 à 1928 et gouverneur des Provinces-Unies de 1928 à 1934. Et pourtant, au milieu de son illustre carrière, il était attiré par ce kit pour tuer les vampires. C’est compréhensible. Ces objets sont à la fois curieux et intrigants. »

La croyance en l’existence des vampires est très ancienne, certains ouvrages l’ont même attisée au fil des siècles. Il semble que The Vampyre de John Polidori en 1819 ait eu un impact majeur, suivi par le classique Dracula de Bram Stoker en 1897. La découverte prouve aussi à quel point la peur des vampires est répandue. Des Balkans jusqu’aux Indes, on trouve des superstitions liées à ces créatures. Le contenu a également un sens profond, puisqu’on considérait que, pour vaincre ces monstres, il fallait l’aide de la force divine, d’où la présence de crucifix et d’eau bénite.

Changement de propriétaire

L’acquéreur du kit souhaite garder l’anonymat. Il déclare néanmoins :

« J’ai été stupéfait et ravi par le résultat. C’est un objet fascinant, un sujet de conversation. Je suis tombé dessus à Southwell, dans le Nottinghamshire, assez récemment. Il m’a plu pour sa nouveauté et sa valeur historique. Il est intéressant de noter que Lord Hailey a une plaque commémorative dans l’abbaye de Westminster, à Londres, qui lui rend un hommage chaleureux. »

La plaque indique effectivement que le « Baron Hailey of Shahpur and Newport Pagnell » était un « dirigeant de grandes provinces en Inde ». Son ancien propriétaire, en plus d’être un haut représentant de la nation, a vraisemblablement œuvré plus que d’autres. La plaque parle notamment de ses œuvres en Afrique, qui ont « donné forme à la liberté africaine ».

Maintenant, laissons à l’heureux acquéreur le soin de choisir ce qu’il fera de cet objet étonnant. Pièce de collection à exposer ou attirail utile pour se défendre ?

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.