SNCF : l’entreprise se dote de trains à l’hydrogène !

| | ,

La France va rattraper son retard sur les autres pays en déployant ses premiers trains à hydrogène ! La SNCF a en effet annoncé son partenariat avec Alstom pour démarrer dans cette voie. Laissez-nous vous en dire plus.

Le contrat entre Alstom et la SNCF est signé ! 190 millions d’euros pour douze rames à propulsion bimode. L’idée est simple, le train peut passer d’un mode d’alimentation à l’autre, selon l’endroit où il se trouve. Ainsi, il peut être en traction électrique lorsqu’il circule sous des caténaires. Mais il peut aussi passer en traction à l’hydrogène lorsque les lignes ne sont pas électrifiées.

Comment ça marche ?

Le train utilise un mélange d’hydrogène (stocké à bord du train) et d’oxygène (disponible autour du train dans l’air ambiant) pour alimenter une pile à combustible. Cette dernière, située sur le toit du train, produit de l’électricité pour le faire avancer. Les rejets sont minimes : seulement de la vapeur d’eau. Et c’est là tout l’intérêt ! La SNCF possède encore plus de 1 100 TER à motorisation Diesel ou bimode Diesel-électrique. L’idée est donc de faire un pas de plus vers la transition écologique. Un transport public, c’est bien. Ecologiquement, si ce dernier ne pollue pas, c’est encore mieux. La SNCF prévoit de se débarrasser totalement du Diesel d’ici 2035.

Un contrat en deux étapes

Pour ce faire, le contrat avec Alstom devrait se faire en deux temps. Déjà, à l’orée 2023 devraient avoir lieu les premiers essais sur voies. Ces tests auront lieu dans les régions qui ont passé commande, soit l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté, le Grand Est et l’Occitanie. L’autonomie annoncée (lorsque le train n’est pas relié à une caténaire) est de 600 km ! On annonce 72 m de long, quatre voitures offrant 218 places assises et le même confort que ses camarades Diesel. Ce sont ces caractéristiques qui avaient d’ailleurs séduit les Allemands dès 2018. Notons qu’après la phase de test de 2023, le service commercial devrait être assuré en France dès 2025.

Une bonne nouvelle pour la planète donc, et une belle avancée pour le développement de l’hydrogène made in France. En effet, Alstom se veut pionnière dans son domaine et planche actuellement sur plusieurs types d’applications.

Précédent

Nintendo Switch : vers une pénurie pour la console star ?

Wojtek : l’unique « ours soldat » sur les champs de bataille en 40 !

Suivant

Laisser un commentaire