Louis Joseph César Ducornet : le peintre manchot qui peignait avec ses pieds

Louis Joseph César Ducornet : le peintre manchot qui peignait avec ses pieds

Voilà un peintre peu conventionnel. Né sans bras ni fémurs, l’artiste Louis Joseph César Ducornet est connu pour avoir été un peintre manchot. Ce dernier se servait alors de ses pieds, dont un n’avait pourtant que quatre orteils… Aujourd’hui, alors que Google lui rend hommage dans son Doodle du jour, revenons sur la carrière de cet artiste peu conventionnel. 

Louis Joseph César Ducornet est né le 10 janvier 1806, dans une famille modeste et avec un handicap peu commun. En effet, Ducornet est venu au monde sans bras et avec un pied atrophié. Cela était dû à une malformation congénitale, aujourd’hui connue sous le nom de phocomélie. Du fait de cette malformation, Louis Joseph était incapable de marcher. Son père devait ainsi le porter sur le dos, afin de l’aider dans ses déplacements. Cependant, dès l’enfance, il acquit une certaine capacité à ramasser divers objets sur le sol avec ses orteils. Il commença également à dessiner avec ses pieds. Face à ce talent, il reçut une instruction artistique

Louis Joseph César Ducornet : un artiste reconnu de son vivant 

Ainsi, malgré le défi entourant sa vie, Louis Joseph César Ducornet développa une habileté extraordinaire à peindre avec ses pieds. Il reçut d’ailleurs les leçons de François Watteau ou encore de Guillaume Guillon Lethière. Attirant l’attention de la noblesse, il reçut une pension du roi Louis XVIII en personne, qui lui passa plusieurs commandes.

Louis Joseph participa même au Prix de Rome, où il obtient plusieurs médailles, sans pour autant passer la deuxième étape, du fait de son handicap. La critique fut d’ailleurs généralement bienveillante avec l’artiste, se prenant d’affection pour ce peintre handicapé.

« [ses] tableaux peints avec les pieds n’étaient guère plus mauvais que bien des tableaux peints avec la main. »

Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, t.I, Paris, Hachette, 1906

Bien qu’il fût principalement connu comme portraitiste, ses œuvres comprenaient également divers paysages et autres scènes historiques. Ducornet était également réputé pour la précision des détails et l’expression réaliste dans ses peintures. Ainsi, Ducornet eut le privilège d’être un article reconnu de son vivant. Ce dernier fréquentait les circuits professionnels et participait régulièrement aux divers Salons. L’administration des Beaux-Arts lui commanda même une dizaine d’œuvres de 1832 jusqu’à sa mort en 1856.

Quand le handicap éclipse le talent ? 

C’est à la fois la bénédiction et la malédiction de cet artiste pas comme les autres… Sans surprise, l’œuvre de Ducornet fut partiellement occultée par sa condition médicale particulière. Ainsi Vapereau écrivait ceci en 1858, dans son Dictionnaire universel des contemporains :

« Bien que sa peinture se recommande par certaines qualités de dessin et de composition, cet artiste doit surtout sa célébrité aux résultats vraiment extraordinaires qu’en dépit de la nature il a su obtenir à force de patience et de courage ».

Cependant, beaucoup de spécialistes considèrent aujourd’hui que Louis Joseph César Ducornet, mérite une reconnaissance pour son talent et pas uniquement pour sa condition. Nombre de critiques contemporains saluent son travail sur les couleurs choisies, pour la composition minutieuse de ses toiles, la répartition de la lumière ou encore pour la poésie qui s’en dégage… En bref, Ducornet n’était pas un artiste talentueux malgré son handicap, mais bel et bien un artiste talentueux tout court ! Parmi ses œuvres notables accessibles au public, on peut citer :

  • Édith au col du cygne retrouve le corps du roi Harold sur le champ de bataille d’Hastings en 1066 – Créée en 1855 et exposée au musée de Picardie (Amiens)
  • Gloria in Excelsis – Créée en 1850 et exposé à l’église Saint-Martin d’Auxi-le-Château
  • Les Adieux d’Hector et d’Andromaque – Créée en 1828 et exposée au palais des Beaux-Arts

Après son décès le 27 avril 1856, le peintre tomba dans l’oubli durant une longue période. Les œuvres de l’artiste furent progressivement redécouvertes, suite à la restauration d’une de ses toiles appartenant aux collections du Cnap. Jean-Pierre Blin, qui était à l’époque conservateur des monuments historiques du Nord-Pas-de-Calais, fit alors classer cette œuvre au titre des monuments historiques. Suite à quoi, il lança des recherches plus poussées sur l’artiste.

Aujourd’hui reconnu par ses contemporains, Louis Joseph César Ducornet est un témoignage poignant de la capacité humaine à transcender le handicap par la créativité. Son héritage perdure aujourd’hui à la fois en tant qu’artiste handicapé, mais aussi et surtout comme artiste… Tout simplement… Raison pour laquelle Google lui rend hommage en ce 10 janvier 2024, pour les 218 ans de sa naissance. 

Louis Joseph César Ducornet : le peintre manchot qui peignait avec ses pieds

Sources : 

  • Louis-César-Joseph Ducornet, peintre né sans bras – CNAP 
  • Louis Joseph César Ducornet – Wikipédia 

Pour nous suivre sur Facebook – Cultea 

One Reply to “Louis Joseph César Ducornet : le peintre manchot qui peignait avec ses pieds”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *