Le pantalon : symbole d’émancipation des femmes

| | ,

Aujourd’hui, tout le monde porte des pantalons. Ce vêtement est un élément basique de nos garde-robes, que l’on soit homme ou femme. Mais il y encore quelques dizaines d’années, les femmes n’avaient pas le droit de porter de pantalon, cela risquait de heurter la gent masculine…

Pour comprendre l’histoire du pantalon et les enjeux sociétaux qui se sont joués avec lui, il faut remonter au XVIIIe siècle. À cette époque, les hommes, et uniquement eux, portent la culotte. Ce vêtement désignait un pantalon qui s’arrêtait aux genoux et qui se portait généralement avec des bas. La culotte masculine est à l’origine d’une expression que l’on utilise toujours :

« porter la culotte ».

Pas vraiment féministe : elle désigne une femme qui exerce une forte autorité au sein de son couple. En effet, elle ne renvoie pas au sous-vêtement féminin que l’on connaît aujourd’hui, mais bien à la culotte masculine. Cette culotte est alors un signe de pouvoir, puisqu’elle était exclusivement réservée aux hommes. 

Porter un pantalon était interdit pas la loi

Le 7 novembre 1800, un décret réglemente le port du pantalon chez les femmes. En effet, elles sont de plus en plus nombreuses à revendiquer leur désir de porter ce vêtement masculin. Pour couper court à cette « dérive », rien de mieux que de l’inscrire dans la loi. Il est inscrit dans ce décret qu’une femme désirant porter un pantalon devra demander à la préfecture de police « une permission de travestissement ». Pour l’obtenir, il faut justifier d’une raison particulière : médicale ou professionnelle. Porter un pantalon pour le plaisir était considéré comme une offense à l’ordre patriarcal établi.

Certaines femmes décident de porter le pantalon en justifiant de leurs activités professionnelles. Ainsi, l’écrivaine George Sand ou la peintre Rosa Bonheur portent le pantalon, car elles exercent des métiers considérés comme masculins.

Une lente appropriation

Au XIXe siècle, les femmes commencent à porter le pantalon sous leurs robes. Le vêtement est alors considéré comme de la lingerie pour les femmes, on ne le voyait que lorsqu’il dépassait de leurs robes. Il n’est donc pas vraiment adopté, puisqu’il n’est pas visible. Seule la robe est l’habit qu’il est convenable de porter, signe de féminité unique.

Le pantalon ne devient un vêtement féminin à part entière qu’à partir des années 1960. C’est seulement à partir de cette époque que les femmes ont pu le porter librement, sans s’attirer les foudres des hommes ou de la loi. Enfin, dans les années 1970, il devient aussi courant chez les hommes que chez les femmes.

En France et dans de nombreux pays, il n’y a plus de débat sur le port du pantalon par les femmes. Cependant, le décret de 1800 n’a officiellement été abrogé qu’en… 2013. Heureusement, il n’était évidemment plus appliqué. Cependant, les femmes de certains pays peinent encore à faire accepter ce vêtement, toujours jugé masculin. En 2009 au Soudan, une femme avait été condamnée à une amende pour violation des « lois sur la décence publique » parce-qu’elle avait porté un pantalon. Les Soudanaises ont finalement obtenu le droit de le porter, en décembre 2019. 

 

Sources :

The following two tabs change content below.

Berangere Duquenne

Précédent

Louis Arlette dévoile le clip résolument pop de son album « Arbre de vie »

Des trésors franc-maçonniques volés par les nazis préservés en Pologne

Suivant

2 réflexions au sujet de “Le pantalon : symbole d’émancipation des femmes”

Laisser un commentaire