Des trésors franc-maçonniques volés par les nazis préservés en Pologne

| | ,

La ville de Poznan en Pologne possède une vaste collection d’objets franc-maçonniques confisqués par les nazis. Une collection aujourd’hui exposée dans la bibliothèque de la commune.

Après un large escalier montant vers le plafond lumineux du vieux bâtiment de la bibliothèque universitaire, la collection de Poznan s’ouvre à nous. Pas moins de 80 000 ouvrages anciens et objets sont recensés. Équerres et compas, gravures, livres et albums anciens, certains frappés du sceau du sinistre dignitaire nazi Heinrich Himmler (numéro 2 du régime nazi et chef de la SS). Ils constituent ainsi « un des plus grands catalogues franc-maçonniques d’Europe ; le plus important, selon certains », déclare à l’AFP Iuliana Grazynska, conservatrice de la collection. « Et qui cache encore des mystères », souligne Mme Grazynska. En effet, 89 cartons d’archives n’ont encore jamais fait l’objet d’une classification.

Confisqués par les nazis

« Les nazis détestaient la franc-maçonnerie », rappelle Andrzej Karpowicz, responsable de la collection de Poznan pendant une trentaine d’années. Le nazisme fut le « fruit d’une vague anti-élites et anti-intellectuels », donc inévitablement « anti-francs-maçons ». Les nazis ont fermé les loges ou les ont poussées à la dissolution, confisqué et quelques fois brûlé leurs bibliothèques.

Mais cette collection a été rassemblée par les nazis. Au long des avancées de l’armée allemande, les collections en provenance des pays conquis ont enrichi celle du Reichsführer-SS Heinrich Himmler, qui comprenait aussi des archives relatives aux juifs, aux jésuites ou aux sorcières.

Des trésors franc-maçonniques volés par les nazis préservés en Pologne - Cultea

La bibliothèque de Poznan a constitué sa collection maçonnique en 1959, alors que le mouvement franc-maçon n’était pas autorisé. Mais une vieille tradition persiste : la première loge polonaise, la Confrérie rouge, a vu le jour dès 1721. Parmi ses francs-maçons, la Pologne compte son dernier roi, Stanislas Auguste Poniatowski, son premier président Gabriel Narutowicz ou bien le pianiste et homme d’État Ignacy Paderewski.

Des trésors inestimables

La première loge maçonnique est officiellement constituée en 1717 en Angleterre, et sa première constitution, écrite par James Anderson, est publiée en 1723.

« Nous avons l’édition princeps rarissime de cette Constitution d’Anderson et toutes ses éditions successives, ainsi que des centaines d’autres statuts et constitutions franc-maçonniques. C’est l’orgueil de notre collection », montre Mme Grazynska.

« Nous accueillons des représentants de loges allemandes en activité, désirant reconstituer leurs archives et registres historiques. Des chercheurs viennent travailler sur notre grande collection de partitions de musique créées par et pour des francs-maçons, ou encore sur le fonctionnement de loges féminines en Europe », souligne Mme Grazynska. La bibliothèque ouvre la collection à qui veut l’étudier. « C’est une mine d’informations où l’on peut puiser à volonté », conclut M. Karpowicz.

 

Sources : 

Précédent

Le pantalon : symbole d’émancipation des femmes

76 ans plus tard, une veuve reçoit la lettre de son mari datant de la guerre

Suivant

1 réflexion au sujet de « Des trésors franc-maçonniques volés par les nazis préservés en Pologne »

Laisser un commentaire