Eschyle : le fondateur de la « tragédie » fut tué par… une tortue !

Eschyle : le fondateur de la "tragédie" fut tué par... une tortue !

Eschyle occupe une place importante dans l’histoire littéraire. Aujourd’hui considéré comme le premier tragique, Eschyle a créé un nouveau genre de théâtre qui fascine et intimide. Il est le pionnier de la tragédie, un genre théâtral apparu entre le VIème et Vème siècles avant J.-C. à Athènes. Sa vie fut ainsi romanesque… Tout comme sa mort ! 

Né aux environs de 525 avant J.-C, Eschyle est un poète et dramaturge grec. Ce dernier est né à Eleusis, en Attique, dans une grande famille athénienne, appartenant à la classe noble des Eupatrides. Dans sa jeunesse, il est témoin de la tyrannie des Pisistratides, les descendants du tyran d’Athènes, Pisistrate. Plus tard, il participera aux guerres contemporaines menées contre les Perses. En effet, Eschyle prendra part à la bataille de Marathon en 490 avant J.-C. ainsi qu’à la bataille de Salamine, dix ans plus tard, en 480 avant J.-C.

Les œuvres du premier tragique

Bien qu’Eschyle soit considéré comme le premier tragique, certains s’accordent pour dire qu’il n’a pas inventé la tragédie. De fait, d’autres ont écrit des textes de tragédie avant lui, comme Thepsis, Phrynichus ou encore Pratinas de Phlionte. Il y en avait très peu car la tragédie est tout juste officiellement reconnue à Athènes, à la période où le dramaturge est né. De plus, de toutes les tragédies écrites qui soient antérieures à lui, aucune n’a été conservée. Ainsi, c’est comme s’il était le premier à écrire ce genre de théâtre. Certains s’accordent pour dire que s’il n’en est pas l’inventeur, il en reste tout de même le fondateur.

Eschyle : le premier tragique, fondateur de la tragédie et tué par une tortue
Le buste d’Eschyle aux musées du Capitole.

Par ailleurs, il serait l’auteur d’une centaine de pièces de théâtre, dont 90 tragédies et 20 drames satiriques. Malheureusement, seules sept d’entre elles auront survécu au temps pour nous parvenir. Parmi elles, les pièces les plus marquantes du dramaturge : l’Orestie, la seule trilogie retrouvée entièrement, Les Perses, inspirée par la guerre menée à Salamine, ou encore Les Suppliantes, sa plus ancienne pièce jouée. Son théâtre était imprégné de sujets politiques et religieux, des sujets qu’il aimait traiter. Ses histoires suivaient généralement des évènements graves comme la guerre ou des meurtres.

Les fragments des pièces d’Eschyle

D’autres pièces du dramaturge nous sont revenues, mais parfois incomplètes. C’est le cas des Sept contre Thèbes, également retrouvée, qui aurait fait partie d’une trilogie et serait la dernière partie de celle-ci. Prométhée enchaînée est dans un cas similaire puisqu’il lui manque ses deux autres parties pour être complète. De fait, l’Orestie est donc sa seule et unique trilogie complète : elle est composée des pièces Agamemnon, Les Choéphores et Les Euménides. Sa première représentation aux Grandes Dionysies d’Athènes, des festivités religieuses annuelles, date de l’année 458 avant J.-C.

L’œuvre remportera cette même année le concours tragique d’Athènes. Elle raconte l’histoire d’une famille maudite. Celle des Atrides. Une famille marquée par un destin tragique de meurtres, allant du parricide à l’infanticide. Eschyle y interroge la justice primitive des grecs à travers cette pièce. De fait, la justice grec était fondée sur la loi du talion. Celle-ci consiste en la réciprocité du crime et de la peine. En d’autres mots, une vengeance immédiate et individuelle selon les tords causés.

La pièce Les Perses quant à elle, ne fait pas partie d’une trilogie mais d’une tétralogie, à savoir, un ensemble de quatre textes. Il s’agit de la plus ancienne tragédie et les pièces manquantes seraient : Phinée, Glaucos de Potnies et Prométhée allumeur de feu. Après la représentation de cette pièce, le dramaturge est invité par le tyran de Syracuse, en Sicile. Eschyle séjourna alors dans ce pays où il aurait écrit la trilogie de Prométhée enchaînée, dont les pièces manquantes s’appelleraient Prométhée délivrée et Prométhée porte-feu avant de retourner à Athènes en 469 avant J.-C.

Sa fin de vie

La première victoire d’Eschyle au concours tragique a lieu en 484 avant J.-C. même si sa carrière avait commencé dès 500 avant J.-C. Douze autres victoires succèderont à celle-ci, jusqu’à sa mort. Ses rivaux contemporains sont principalement Pratinas, Phrynichos le Tragique, Chérilos d’Athènes ainsi que Sophocle, qui finira par le battre en 468 avant J.-C.

Si l’on en croit la légende, Eschyle serait décédé d’une manière assez insolite. Pour replacer le contexte, le dramaturge à succès s’envole à nouveau en 456 avant J.-C. pour la Sicile. Il s’agira de son dernier voyage. En effet, d’après l’historien romain Valère Maxime, Eschyle aurait été tué par une tortue qu’il aurait reçue sur la tête.

Alors qu’Eschyle était assis, un aigle portant une tortue entre ses serres lui aurait volé autour et aurait confondu son crâne chauve avec un caillou. De fait, l’aigle lâcha la tortue pour briser sa carapace grâce au « caillou ». Ce violent choc serait alors ce qui a coûté la vie à Eschyle, qui succomba à ses blessures. Une fin de vie digne des Darwin Awards, pour un personnage pourtant si important.

Aujourd’hui, Eschyle est tout de même plus connu pour être le fondateur de la tragédie plutôt que pour avoir été tué par une tortue. De fait, sa gloire est indéniable puisque ses pièces ont été répandues à travers les premières années du XVIème siècle. Victor Hugo qualifiera d’ailleurs Eschyle de « génie » et son œuvre de « Bible grecque ».

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.