Du luth égyptien à la guitare électrique, l’histoire des instruments à cordes

Du luth égyptien à la guitare électrique, l'histoire des instruments à cordes

Contrairement aux instruments à vent qui existent manifestement depuis la Préhistoire, les instruments à cordes sont un peu plus récents. À titre de comparaison, la première flûte retrouvée date de 42 000 av. J.-C., alors que ce que l’on considère comme la première guitare date d’il y a 3 500 ans.

Apparition

Ce qui justifie le laps de temps entre la création des instruments à vent et des instruments à cordes est probablement la complexité de l’instrument. Alors qu’une flûte peut être confectionnée à partir de bois ou d’os percé de trous, un instrument à cordes a besoin – évidemment – de cordes, mais aussi d’une caisse de résonance afin de sonner, demandant un certain savoir-faire.

La « première guitare » du monde était un genre de luth ou de guitare très simplifiée à seulement trois cordes. Elle a été découverte en Égypte, pays très sensible à la musique depuis toujours. L’instrument appartenait au musicien Har-Mose et gisait dans son tombeau. Il est alors devenu populaire en Égypte. On trouve ensuite des traces de luth chez les Maures, peuple du Maghreb, qui auraient introduit l’instrument en Europe par leur présence en Espagne (711-1492).

On trouve également d’anciens instruments à cordes du côté de l’actuel Iran, mais aussi en Chine ou en Turquie. Les « dôtar » (deux cordes en perse), tambûr et autres dérivés de luths y sont légion, et certains datent de l’Antiquité. Les cordes de ces instruments étaient faites de crins de cheval, de boyaux ou encore de fibres végétales. Les caisses de résonance étaient quant à elles généralement faites de bois et de cuir. Ces instruments sont tous dans la catégorie des cordes pincées, on en joue avec les doigts ou avec un plectre.

Du luth égyptien à la guitare électrique, l'histoire des instruments à cordes
Dôtar

Évolution

Violon

Le violon naît très tardivement, aux alentours de 1520 vers Milan en Italie. Son fonctionnement est encore plus compliqué que le luth, puisqu’il faut venir frotter les cordes à l’aide d’un archet pour trouver le son optimal. En France, certains préfèrent la viole au violon, décrit comme trop populaire. Philibert Jambe de fer, musicien du XVIe siècle, écrit en 1556 :

« Le violon est fort contraire à la viole… Nous appelons viole c’elles desquelles les gentils hommes, marchantz et autres gents de vertuz passent leur temps… L’autre s’appelle violon et c’est celuy duquel ont use en danceries. »

Cependant, bien que répandu dans les tranches populaires, le violon séduit aussi les nobles comme Charles IX. Le luthier italien Stradivarius donne finalement sa forme actuelle au violon au début du XVIIIe siècle. Il produira également des violoncelles et des guitares ; chacune de ces pièces, produites en nombre très restreint, vaut aujourd’hui une fortune. Le plus cher est le violon « Lady Blunt », d’une valeur de 11 millions d’euros.

Violon Stradivarius

Guitare

La guitare s’impose petit à petit dans les cours royales en Europe, remplaçant le luth, au point qu’au XVIe siècle :

« Tout notre monde s’est mis à guiterner, le luc [luth] presque mis en oubly. » (Bonaventure des Periers)

À cette époque, la guitare n’en est pas encore à sa forme finale. On compte en effet des instruments comportant cinq à neuf cordes selon le lieu et le musicien. Cette évolution ne cessera par ailleurs presque jamais : les luthiers et musiciens continuent aujourd’hui d’expérimenter de nouvelles formes et de nouvelles cordes. On peut dater au XIXe siècle la forme actuelle de la guitare classique, avec sa forme de 8 et son fond plat. C’est Antonio de Torres qui fixe cette « norme » au courant du siècle. Dans le même temps, un luthier d’origine allemande invente la guitare folk aux États-Unis en utilisant des cordes métalliques. Celle-ci produit un son moins doux, mais qui devient emblématique du sud des États-Unis.

Plus tard sera inventée la guitare électrique, sans caisse de résonance mais avec des capteurs envoyant le son sur un amplificateur. Cette évolution est à la base de nouvelles évolutions techniques, comme les guitares à double ou triple manche. Elle est également source d’inspiration de nouveaux courants musicaux, comme le rock ou le métal.

 

Sources :

One Reply to “Du luth égyptien à la guitare électrique, l’histoire des instruments à cordes”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *