Alice Jouenne : icone du Front populaire et pilier de « l’éducation nouvelle »

Alice Jouenne : icone du Front populaire et pilier de "l’éducation nouvelle"

Toute sa vie, Alice Jouenne a lutté pour faire changer les choses. Humaniste et politiquement engagée, la femme, qui avait comme combat la paix et le féminisme au début du XXe siècle, reste connue pour être la créatrice d’une école de plein air à Paris en 1921. Retour sur cette femme et son combat.

Qui est Alice Jouenne ?

Née dans les Vosges le 14 août 1873, ses parents fuient l’occupation allemande lorsque l’Alsace passe sous domination allemande juste après la guerre franco-allemande. Elle fait ses études à l’École normale de Nancy où elle obtient son diplôme d’institutrice en 1890, à l’âge de 17 ans. Elle travaille alors en Meurthe et Moselle, puis à Paris. C’est là, qu’elle fait la rencontre de Victor Jouenne.

Cet homme, qu’elle épouse en 1904, est un militant socialiste. Très vite, avec lui, elle commence à militer. En 1913, elle est l’une des trois femmes (avec Louise Saumoneau et Maria Vérone) à faire un discours lors de la manifestation contre la Loi des trois ans. La même année, elle mettra en place le groupe des Femmes socialistes du SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière). Par la suite, elle écrira des articles pour l’Humanité et deviendra même la secrétaire de Marcel Cachin, le directeur du journal à ce moment-là.

L’éducation nouvelle

Les trois combats d’Alice sont le pacifisme durant l’entre-deux guerres, le féminisme et l’éducation. Elle s’inscrit alors à la LIEN. La Ligue Internationale pour l’Education Nouvelle permettait alors de rassembler des militants pour permettre des échanges à propos de l’éducation des enfants. Pour eux, l’école se doit de s’adapter à l’enfant en comprenant ses besoins et ce qui l’intéresse. Tout cela reposant sur une connaissance scientifique de l’enfant. Ces derniers, pensent à une école où les enfants puissent s’approprier le savoir eux même.

« Ce Congrès était le résultat du mouvement pacifiste qui avait succédé à la Première Guerre mondiale. Il avait semblé alors que pour assurer au monde un avenir de paix, rien ne pouvait être plus efficace que de développer dans les jeunes générations le respect de la personne humaine par une éducation appropriée. Ainsi pourraient s’épanouir les sentiments de solidarité et de fraternité humaine qui sont aux antipodes de la guerre et de la violence. » – Henri Wallon à propos d’un congrès sur l’Éducation nouvelle

LIEN Education France Alice Jouenne Front Populaire
Certains membres de la Ligue Internationale pour l’Éducation Nouvelle dont faisait partie Alice Jouenne.

L’école en plein air d’Alice Jouenne

Dans les rangs de la LIEN, nous retrouvons Adolphe Ferrière, Jean Piaget, Maria Montessori ou encore le créateur de l’école de Summerhill, A.S Neill. Alice Jouenne créera elle aussi son école. Une école en plein air à Paris en 1921. Là-bas, elle matérialise ses conceptions de l’Éducation nouvelle. De cette école, découleront de nombreux récits écrits par Jouenne grâce à ses observations. Un écrit est à souligner, le livre Une expérience d’éducation nouvelle, l’école de plein air.

Dans cette école, le mot d’ordre est la collaboration étroite et la solidarité parfaite entre tous les membres de l’école. L’éducation dans cette école permettant aux enfants de s’émanciper individuellement, mais aussi collectivement. Dans l’école, Jouenne pousse pour que les garçons et les filles puissent recevoir une instruction commune, et cela au même endroit.

« Tout ce qui touche à l’école atteint la société » – Alice Jouenne dans Expérience d’Éducation Nouvelle

Pour Alice Jouenne, héroïne du Front Populaire, il est clair que pour qu’une société fonctionne, l’éducation doit être une priorité. Membre de La Ligue Internationale pour l’Éducation nouvelle, l’institutrice alsacienne a monté une école plaçant l’enfant, plutôt que le savoir, au centre de l’action éducative.

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.