Agatha Christie : une femme libre à l’origine d’un succès planétaire

Avec plus de 7 200 traductions à travers le monde et pas moins de 3 milliards de livres vendus, Agatha Christie a marqué l’histoire de la littérature. Et son œuvre perdure… Auteure la plus traduite à l’international, record de vente mondial, la « reine du crime » inspire des réalisateurs de renom. Alors que la sortie en salle de Mystère à Venise met encore une fois en scène le petit inspecteur moustachu, retour sur le succès d’une femme libre et novatrice.

Femme émancipée : une vie à la hauteur de ses romans

Libre dans ses choix, curieuse et grande voyageuse, Agatha Christie a multiplié les expériences. Sa vie, digne d’un roman policier, l’inspirera dans l’écriture de ses intrigues.

Dès son enfance, l’autrice en devenir va s’initier à l’écriture. Née en 1890 dans le comté du Devon en Angleterre, Agatha Mary Clarissa Miller reçoit une éducation bourgeoise. Mais c’est à la mort de son père que la jeune fille est incitée à écrire. Nouvelles, contes, poèmes… Sa mère l’encourage toujours davantage. Un modèle féminin affirmé, déjà annonciateur de l’émancipation dont fera preuve la future écrivaine.

A l’origine du goût d’Agatha pour les romans policiers, une autre femme : sa sœur. Avec elle, Agatha Christie découvre Sherlock Holmes, Arsène Lupin… C’est à la suite d’un pari avec son aînée qu’elle se lance alors dans l’écriture de son premier roman policier. Par ailleurs, son diplôme de pharmacienne l’aide à mieux appréhender l’utilisation des médicaments, ce qui lui permettra de ficeler ses intrigues avec justesse.

Si la jeunesse et la région natale d’Agatha Christie l’ont inspirée dans ses romans, les expériences originales et intrépides qu’elle va vivre plus tardivement influenceront aussi son écriture. Ainsi, le fameux détective Hercule Poirot est inspiré des nombreux Belges réfugiés à Torquay, où elle habitait durant la Première Guerre mondiale. D’un autre côté, sa vie amoureuse mouvementée l’amènera à beaucoup voyager, donnant ainsi naissance aux décors de ses romans. Alors qu’elle a divorcé de son premier mari Archibald Christie en 1928, Agatha Christie fait la rencontre de l’archéologue Max Mallowan lors d’un déplacement au Moyen-Orient. Sa passion pour les fouilles va grandir et le couple passera beaucoup de temps dans la région. De l’Irak à la Syrie, ces aventures stimulent l’imagination de la romancière. Un retour chaotique à Londres lui inspirera d’ailleurs Le Crime de l’Orient-Express.

Les choix de vie d’Agatha Christie sont affirmés et montrent une grande indépendance. Femme émancipée et de caractère, la « reine du crime » mène une vie rocambolesque et n’hésite pas à s’en inspirer dans ses œuvres. Cette liberté lui permet de se distinguer des autres auteurs et de marquer les esprits.

Les femmes chez Agatha Christie : à l’avant-garde du féminisme ?

Agatha Christie est novatrice dans son écriture. Elle bouscule les codes du roman policier. On pourrait même ajouter qu’elle se place à l’avant-garde du féminisme, peut-être inconsciemment.

Privilégiant la psychologie des personnages aux preuves matérielles, ses enquêtes à huis clos accordent une place importante au caractère des protagonistes, hommes ou femmes. Mais surtout, l’écrivaine offre une vision plurielle du sexe féminin. Dure ou sensible, maniérée ou spontanée, franche ou manipulatrice… Tout type de profil existe. Les femmes ont tout autant leur place que les hommes. Leur personnage prend la même importance dans l’intrigue et n’est pas là pour embellir le décor. Ainsi, Miss Marple est l’équivalent féminin d’Hercule Poirot et excelle tout autant que lui dans la résolution de ses enquêtes. Un modèle fort qui n’a pas pour but de plaire aux hommes, mais de déjouer des meurtres grâce à son raisonnement brillant et à son intelligence.

Une œuvre majeure qui s’adapte à son époque 

L’œuvre d’Agatha Christie inspire et fascine. Elle donne lieu à nombre d’adaptations au fil des générations. Cinéma, théâtre, littérature… Chacun y trouve son compte !

Ainsi, la disparition de la romancière durant une douzaine de jours en 1926 a laissé la place à toutes les spéculations. Survenue à la suite d’une tromperie de son premier mari Archibald Christie, cette fuite a stimulé l’imagination de plusieurs écrivains. A ce titre, Brigitte Kernel imagine les dessous d’une histoire d’amour passionnelle dans Agatha Christie, le chapitre disparu.

Toutefois, c’est le cinéma qui offre les adaptations les plus populaires. Le spécialiste en la matière, c’est Kenneth Branagh. En effet, le Britannique en est à sa troisième adaptation des fameuses enquêtes d’Hercule Poirot. Après Le Crime de l’Orient-Express et Mort sur le Nil, c’est avec Mystère à Venise, beaucoup plus éloigné de l’univers d’Agatha Christie, qu’il fait parler de lui. Son univers horrifique peuplé de fantômes dénote des enquêtes plus terre à terre auxquelles ont été habitués les spectateurs. Cependant, cela n’empêche pas le petit-fils de la célèbre écrivaine d’en faire les éloges, bien au contraire :

« Nima, comme nous la surnommions, n’était pas fan des adaptations de ses livres sur scène comme au cinéma, explique James Prichard. Elle trouvait que les scénaristes lui étaient trop fidèles et aurait aimé qu’ils se plient davantage aux médias qu’ils utilisaient. »

Mais alors que le succès de cette femme de caractère est indéniable, certaines de ses œuvres font débat. A titre d’exemple, le roman Dix petits nègres a été renommé Ils étaient dix après que le titre jugé raciste ait suscité de nombreuses critiques. De plus, les traductions françaises de quelques œuvres vont être modifiées en raison de passages à caractère raciste ou discriminatoire.

Si les enquêtes de la « reine du crime » traversent les générations en s’adaptant aux nouveaux médias, elles évoluent également selon les mœurs et les combats propres à notre époque.

 

Sources :

2 Replies to “Agatha Christie : une femme libre à l’origine d’un succès planétaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile