5 faits à connaître sur Halloween

| |

Pendant la soirée du 31 octobre, des enfants déguisés viendront peut-être frapper à votre porte avec l’immanquable formule « Un bonbon ou un sort ? ». À l’approche de cette fête, incontournable aux États-Unis, revenons sur 5 éléments à connaître pour devenir incollable sur Halloween.

Origines

Halloween trouverait son origine dans une fête celtique vieille de 2 500 ans : Samain. En Grande-Bretagne et en Irlande, elle célèbre l’année qui est sur le point de s’achever. Dans la nuit de la dernière pleine lune d’octobre, la frontière entre le monde des vivants et celui des morts s’ouvre. Les esprits alors libérés viennent hanter les hommes.

Dans les villages, tous les feux de cheminée sont éteints et les habitants forment un cercle autour du feu sacré qui est lui-même étouffé pour empêcher les esprits de s’introduire dans les bourgs. Une fois la cérémonie achevée, les braises sont récupérées pour rallumer les feux de cheminée qui doivent protéger les foyers des dangers à venir.

Avec la christianisation progressive des îles britanniques, la Toussaint a supplanté Samain au VIIe siècle. Cette célébration est d’ailleurs elle-même tirée d’une fête romaine : les Lemuria. Pendant les nuits des 9, 11 et 13 mai, les pères de familles effectuent des rituels pour chasser les âmes damnées qui ne peuvent pas trouver le repos à cause d’une mort tragique ou violente. Le mot Halloween renvoie d’ailleurs à la Toussaint. Il est une altération de All Hallows’ Eve, qui signifie « la veille de tous les saints ».

Si Halloween tombe progressivement dans l’oubli à partir du VIIe siècle, la fête est exportée aux États-Unis après la Grande Famine de 1845 qui a forcé plus de 2 millions d’Irlandais à partir vers le Nouveau Monde. A partir de cette période, elle connaît un second souffle et devient rapidement l’une des fêtes les plus importantes du pays.

Jack à la lanterne

Personnage emblématique d’Halloween, Jack O’ Lantern est issu d’un conte irlandais. Décrit comme ivrogne et paresseux, Jack se serait joué du diable à plusieurs reprises. Un soir, lorsqu’il est dans une taverne, le diable vient récupérer son âme. L’homme lui demande alors un verre avant de partir avec lui en enfer et le diable se transforme en pièce. Jack la place alors dans sa bourse ; le diable ne peut plus s’échapper. Il accorde alors 10 années de vie supplémentaires à Jack en échange de sa libération.

Avant la citrouille, le navet était le symbole d'Halloween - Cultea
Avant la citrouille, le navet était le symbole d’Halloween

Dix ans plus tard, et après une énième farce, Jack meurt. Son entrée au paradis est refusée, tout comme en enfer. Alors qu’il est condamné à errer pour l’éternité, le diable lui donne un morceau de chardon ardent qu’il place dans un navet pour éclairer son chemin dans le noir. Selon la légende, il réapparaîtrait chaque année, le soir de sa mort.

Les symboles d’Halloween

Lors des premières célébrations d’Halloween, les enfants utilisent des navets éclairés d’une bougie, en référence à Jack à la lanterne. Progressivement, la citrouille remplace le navet. En effet, elle est bien plus facile à sculpter. Petite anecdote : une courge très appréciée pour Halloween s’appelle jack be little. Elle n’est évidemment pas sans rappeler le personnage incontournable de cette fête. D’ailleurs, le record du monde de la plus grosse citrouille est de 1 226 kg !

La plus grosse citrouille du monde - Cultea
Le record de la plus grosse citrouille du monde a été battu en octobre 2021

Pour accompagner les citrouilles, fantômes, sorcières, chauves-souris ou encore chats noirs sont les symboles incontournables d’Halloween. Ils sont tous issus des croyances et superstitions héritées du Moyen Âge. Les chouettes et les hiboux étaient par exemple associés aux mauvais présages, car ce sont des oiseaux de nuit.

Les couleurs orange et noire, quant à elles, peuvent avoir plusieurs significations. En effet, elles font écho à l’automne et à la mort ou au deuil, mais rappellent également le Jour des morts au Mexique qui se déroule à la même période.

Un bonbon ou un sort ?

La tradition des bonbons est directement issue de la fête celtique de Samain. En effet, lors des célébrations, de la nourriture était déposée à l’entrée des villages pour tenter de calmer les esprits. Au Moyen Âge, une autre tradition met en scène les enfants anglais et irlandais. Pendant la période de la Toussaint, ils font du porte-à-porte en chantant et en donnant des soul cakes, gâteaux de l’âme.

Soul cake traditionnel - Cultea
Les soul cake sont dégustés pendant Halloween

Les déguisements, quant à eux, font référence aux tenues portées par les villageois lors de Samain. Elles avaient pour but d’effrayer les âmes. Plus globalement, aujourd’hui, les déguisements symbolisent la mort et ses aspects effrayants.

31 octobre 1964

Cette édition d’Halloween est probablement l’une des plus effrayantes. Helen Pfeil, une Américaine vivant à Greenlawn près de New York, décide de pimenter la fête en empoisonnant les bonbons qu’elle donne aux enfants. Heureusement, l’incident n’a pas fait de victime. L’accusée s’est défendu en disant qu’il ne s’agissait que d’une blague.

Halloween n’a maintenant plus de secrets pour vous. Avez-vous pensé à acheter des bonbons pour ce soir ? Sinon, tenez-vous prêts à affronter les sorts des enfants !

 

Sources :

Précédent

Le « Festival de Woodstock » : un événement unique, catastrophique et légendaire !

GVMMV se lance dans son « Dernier voyage » aux sonorités électro pop

Suivant

Laisser un commentaire