Shinzo Abe, ex-ministre du Japon, est mort assassiné

Shinzo Abe, ex-ministre du Japon, est mort assassiné

L’homme politique japonais, Shinzo Abe, est mort en ce 8 juillet 2022, succombant à ses blessures après une attaque lors d’un discours. Véritable image de la politique du pays, l’ex-ministre restera comme l’homme à la plus grande longévité à la tête du Japon.

Une vie politique après son père

Shinzo Abe commencera sa carrière politique aux côtés de Shintaro Abe, son père. Ce dernier était alors ministre des affaires étrangères lorsqu’il décède en 1991 à l’âge de 67 ans (au même âge que son fils). Son fils lui succède alors en politique.

Très vite, il s’impose aux côtés de Junichiro Koizumi, Premier ministre de 2001 à 2006. Connu pour être très ferme, c’est cette caractéristique qui fait de Shinzo Abe une personnalité politique populaire. Il succède d’ailleurs en 2006 à Koizumi et propose un programme conservateur et économiquement néolibéral.

En 2006, il devient le plus jeune chef de gouvernement du Japon depuis l’après-guerre. Il est alors âgé de 52 ans. Un scandale sur le système des retraites fera toutefois chuter sa popularité. Et neuf mois après son accession au pouvoir, il perd les élections sénatoriales. Il démissionne 1 an après à cause de problèmes de santé dûs à une maladie incurable.

Shinzo Abe, Premier ministre pendant 8 ans !

2012 marque le retour de l’homme politique. Shinzo Abe accède à la présidence du PLD (Parti Libéral-Démocratique). Il mène à la victoire son parti et accède à nouveau au titre de Premier ministre. Rôle qu’il endossera jusqu’en 2020 !

Shinzo Abe avec le président français, Emmanuel Macron / ©Ludovic Marin

Ce nationaliste pragmatique marquera les esprits avec sa vision Abenomics. Il s’agit d’une politique de relance économique osée avec une forte activité diplomatique afin que le Japon pèse dans les relations internationales. Elle consiste en un assouplissement monétaire, à des relances budgétaires massives et des réformes au niveau structurel.

Sa vision de l’économie permet une hausse importante de l’activité des femmes et des seniors. Le pays, en pénurie de main-d’œuvre, Shinzo Abe ouvre la porte à l’immigration. Il durcit la politique sécuritaire du Japon. Cependant, une mauvaise gestion de la pandémie pousse Shinzo Abe à quitter son poste en septembre 2020.

L’assassinat de Shinzo Abe

Alors qu’il prononçait un discours à Nara, l’ancien Premier ministre de 67 ans a été la cible d’une attaque à l’arme à feu. En fin de matinée, l’homme était en campagne à la gare de Nara, dans l’ouest du Japon, lors d’un rassemblement de campagne électorale en vue des élections sénatoriales qui arrivaient à grands pas. À 11h30, des coups de feu ont été entendus, indique la chaîne NHK ainsi que l’agence de presse Kyodo.

L’homme est alors debout sur un podium, puis une forte détonation se fait entendre. Les spectateurs, surpris, se baissent. Et un homme est plaqué au sol. L’homme en question serait un Japonais de 41 du nom de Tetsuya Yamagami. Ce dernier a appartenu à la Force maritime d’autodéfense japonaise.

« Un homme est arrivé par-derrière ; le premier coup de feu n’était qu’un bruit très fort et personne n’est tombé, mais au moment du deuxième coup de feu, M. Abe s’est effondré. » – Une femme présente au moment des faits au micro de NHK

Shinzo Abe Japon Mort
Shinzo Abe, tué lors d’un discours, en pleine campagne électorale. / ©Kazuhiko Hirano

L’ancien Premier ministre, touché au cou, a été aussitôt transporté à l’hôpital le plus proche. Il succombera de sa blessure quelque temps après. Certains hommes politiques ont réagi à la mort de Shinzo Abe. En premier lieu, l’actuel Premier ministre japonais Fumio Kishida, « C’est un acte barbare en pleine campagne électorale ». Emmanuel Macron a aussi se disant « profondément choqué par l’attaque odieuse ».

Les armes au Japon sont très rares

Ce vendredi, la police japonaise a pénétré dans le domicile du principal suspect. Plusieurs agents de police portaient des vêtements de protection, casques et boucliers afin d’entrer dans le bâtiment en question.

Les armes au Japon sont extrêmement encadrées et surtout très rares. Le pays dispose de l’une des législations les plus strictes au monde en la matière. Le nombre de décès par armes à feu dans le pays est extrêmement faible.

Pour obtenir le permis de port d’armes, la personne en question doit passer par un processus complexe et long. La personne doit d’abord avoir une recommandation d’association de tir. Puis, il sera soumis à des contrôles de police très stricts.

En 2020, étaient recensées 192 000 armes à feu dans ce pays de 125 millions d’habitants. C’est moins que l’état de l’Alabama aux États-Unis. D’après les images, l’arme impliquée dans l’assassinat de Shinzo Abe serait une arme artisanale.

L’homme de 67 ans restera dans la tête des Japonais comme le Premier ministre à la plus grande longévité de l’histoire du Japon. Le néo-libéral, qui même en 2022, jouissait d’une grande popularité parmi les adhérents du PLD, a joué un rôle important dans la campagne sénatoriale. 

Sources : 

One Reply to “Shinzo Abe, ex-ministre du Japon, est mort assassiné”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *