Quand Salk et Sabin inventaient le vaccin contre la poliomyélite !

| | , ,

Si on n’entend aujourd’hui plus vraiment parler de cette maladie, la poliomyélite était un véritable fléau il y a encore 70 ans. Pour nous autres contemporains, la poliomyélite est une maladie de pays sous-développés. Mais il ne faut pas oublier que cette dernière faisait frémir jusqu’en Europe et aux États-Unis ! Revenons ensemble sur l’histoire incroyable ayant abouti à la création de son vaccin.

À l’heure où certains remettent en question l’existence même des vaccins et leur utilité, il est plus que jamais essentiel de rappeler que ces derniers ont permis d’éradiquer des maladies majeures. La poliomyélite, ou polio, est justement l’une d’elles.

La poliomyélite, c’est quoi ?

La polio est une maladie très contagieuse provoquée par un virus. Ce dernier cherche à atteindre le système nerveux et finit par provoquer des paralysies. Elle se manifeste souvent par de bêtes symptômes grippaux (fièvre, fatigue, maux de tête). Et chez beaucoup, elle reste à ce stade. Mais chez environ 1 infecté sur 200, la maladie provoque des paralysies irréversibles, souvent au niveau des jambes. Si vous vous demandez si la maladie peut être mortelle, la réponse est oui. En effet, si paralysie il y a, celle-ci peut se produire dans des muscles responsables de la respiration… Ainsi, entre 5 % et 10 % des patients meurent s’ils ne reçoivent pas de soins palliatifs.

Le virus à l’origine de la maladie s’attrape par la bouche. En effet, c’est souvent par l’ingestion d’eaux souillées, d’aérosols ou d’aliments contaminés que se produit l’infection. Enfin, il n’y a pas de contamination inter-espèce, la transmission se faisant exclusivement entre « humains ».

Éradiquer la poliomyélite

La polio a toujours existé, dans toutes les sociétés. Le mal est finalement nommé et détecté au XIXe siècle, mais il n’existe aucun moyen de le combattre. Le virus va se promener et revenir par vagues dans nos sociétés industrialisées. À chaque passage, il fauche beaucoup, surtout chez les enfants…

Les États-Unis sont alors la plus grosse victime… Dans les années 1930 par exemple, les épidémies touchent plus de 10 000 enfants par an. À chaque fois, on compte environ 5 % de décès et environ 1/4 et plus de paralysies irréversibles. La maladie frappant l’été, on se met alors à paniquer. On ne laisse plus traîner les enfants dehors, on cherche à savoir d’où le mal peut venir. Certains accusent des animaux, d’autres, des fruits, d’autres encore, des lieux… En 1916, la ville de New York décide d’euthanasier 72 000 chats et 8 000 chiens accusés à tort de véhiculer la maladie…

En réalité, la contamination se fait d’homme à homme, par la salive ou les selles. Sa victime la plus célèbre d’alors ? Le futur président Franklin Roosevelt ! En effet, l’homme a fait son mandat intégralement assis. Il n’apparaissait jamais publiquement avec son fauteuil roulant, il se faisait supporter par une canne ou un proche.

Après la Seconde Guerre mondiale, la polio atteint des niveaux horrifiants outre-Atlantique. On parle de 60 000 contaminés à l’été 1952, avec 3 000 morts. Un tiers des contaminés souffrira de paralysie à vie.

Une course au vaccin

Dans les années 1950, deux scientifiques se lancent alors dans l’invention d’un vaccin. Les médias de l’époque les auront très tôt placés en compétition. Mais en réalité, c’est le bien commun qui était leur véritable objectif.

Le premier est le médecin juif Albert Sabin. Ce dernier naît en 1906 en Pologne et sa famille fait rapidement face à l’antisémitisme. Ils déménagent alors aux USA dans les années 20, sans parler un mot d’anglais. Mais le jeune Albert est brillant et épate les enseignants. Il finit par étudier la médecine et la virologie. Diplômé de la faculté de New York en 1931, il est engagé lors du conflit mondial, ce qui lui donne l’opportunité d’étudier des maladies asiatiques. Dès son retour, il se met à plancher sur la poliomyélite et un potentiel vaccin. Il travaille avec la méthode en vigueur qui consiste à administrer le virus encore vivant, mais largement affaibli.

Le second est le médecin juif Jonas Salk. Né en 1914, il est plus jeune et issu d’une famille très pauvre du Bronx. Mais par son talent, il finit par intégrer la même faculté que Sabin. Ses premiers travaux le conduisent à proposer le tout premier vaccin contre la grippe de l’histoire, dans les années 1930. Ses recherches sur la poliomyélite démarrent au même moment que celles de Sabin. Mais Salk entend utiliser une méthode moderne, à savoir un vaccin fabriqué à partir du virus mort.

Jonas Salk - Cultea
Jonas Salk.

Les vaccins

Jonas Salk parvient à coiffer son aîné au poteau, en proposant un produit fonctionnel dès le début des années 50. Les essais sur animaux sont concluants, mais les autorités refusent de le tester sur l’homme. Salk décide alors de se l’inoculer à lui et sa famille. En 1954, il réalise un essai clinique unique à l’époque avec deux millions de volontaires. Ces derniers ignorent alors s’ils se font injecter un placebo ou le vrai vaccin. Dès 1955, on annonce que le vaccin est efficace et sans danger. Jonas Salk est célébré partout aux États-Unis, d’autant plus qu’il annonce ne pas vouloir breveter le vaccin. Ainsi, le vaccin peut être produit partout et à moindre coût. Sa version est alors à injecter par seringue.

Mais Albert Sabin ne s’est pas arrêté non plus, et ses travaux sont fructueux. Il propose quelques années après son collègue une version du vaccin qui se prend par voie orale. C’est donc bien plus simple de vacciner les enfants, et cette solution sera choisie à l’avenir. Cette méthode est d’ailleurs plus efficace, car elle apporte une immunité rapide notamment au niveau de la gorge et des intestins. Tout comme son confrère, il ne dépose pas de brevet, offrant le vaccin à l’humanité.

Il est intéressant de voir que ces hommes ont consacré toute leur énergie à produire quelque chose pour le bien commun. Mais le plus spectaculaire est de ne pas avoir déposé de brevet. Ce faisant, les deux hommes sont passés à côté de milliards de dollars. Mais en contrepartie, ils ont permis de diffuser le vaccin très rapidement et à moindre coût. Aujourd’hui plus que jamais, il est important de souligner combien le vaccin nous a permis de vivre en confiance au quotidien. C’est grâce à ce dernier que l’homme peut survivre à son environnement.

 

Sources :

Précédent

Un téléfilm de 1991 « Le Seigneur des Anneaux » de Tolkien sur Youtube !

Harry et Meghan bientôt producteurs d’une série sur les « Invictus Games » !

Suivant

1 réflexion au sujet de « Quand Salk et Sabin inventaient le vaccin contre la poliomyélite ! »

Laisser un commentaire