Quand Hitler a décidé de faire évader Mussolini de prison en 1943

Quand Hitler a décidé de faire évader Mussolini de prison en 1943 - Cultea

En 1943, Hitler lance l’opération Eiche, dans le but de libérer Benito Mussolini. Ce dernier est enfermé dans une prison après avoir été renversé en Italie. Cependant, le Fürher souhaite avoir le Duce à ses côtés et ordonne alors son évasion en septembre 1943.

Les Alliés débarquent en Sicile le 10 juillet 1943. Ces derniers renversent Mussolini, ainsi que sa dictature fasciste. Le Duce est alors arrêté, puis emprisonné dans des lieux tenus secrets. Cependant, un capitaine SS de légende retrouve rapidement sa trace. Il s’agit d’Otto Skorzeny, le nazi qui fera évader Mussolini sur ordre direct d’Hitler.

Mussolini, le « seul ami » du Fürher

Le dictateur italien est enfermé, et cela n’arrange pas les affaires du dictateur allemand. Hitler commande alors l’évasion de celui qu’il considère comme son « seul ami ». Il confie cette mission au capitaine Otto Skorzeny. Ce dernier effectue un vol de reconnaissance au-dessus de la Sardaigne, le 18 août 1943. Malheureusement, il est pris en chasse par des avions britanniques et termine sa course dans l’eau. Le 28 août, il retente sa chance et atteint l’île de la Maddalena, déguisé en matelot. Il apprend alors que Mussolini vient de s’envoler pour un nouvel endroit. Otto Skorzeny comprend très vite que le gouvernement italien cherche à ce que personne ne retrouve le Duce de sitôt.

Malgré ces premiers échecs, la chance finit par tourner en septembre 1943. Un message crypté sur l’emplacement de Mussolini est intercepté par les Allemands. De fait, ce dernier se trouverait dans le massif Gran Sasso des Abruzzes, dans un hôtel situé à 2 000 mètres d’altitude. Pour couronner le tout, il n’est accessible que par téléphérique. La mission s’annonce plus corsée que prévu, mais Otto Skorzeny repère rapidement un endroit où il est potentiellement possible d’atterrir. Le terrain est impraticable pour risquer le parachutage, alors son choix se porte finalement sur des planeurs.

L’opération Eiche sera lancée le 12 septembre 1943. Les Fallschirmjäger sont de la partie, ils sont l’élite du parachutisme. Par ailleurs, ils sont surnommés les « diables verts » par les Alliés. Plus de quarante hommes sont mobilisés pour mener l’évasion de Mussolini à bien. Ils seront séparés en deux pour la mission : pendant que l’un des escadrons se chargera de sécuriser les lieux, l’autre devra exfiltrer le Duce.

L’évasion du prisonnier italien

L’opération Eiche (« chêne » en français) démarre à 13h. Pour la mission et sa postérité, Otto Skorzeny se fait accompagner d’un photographe et d’un correspondant de guerre. Il compte bien graver cette évasion dans les mémoires et dans l’histoire en la documentant. Ainsi, le premier commando accomplit sa mission, suivi du deuxième qui atterrit sur le terrain. Pilote d’un des planeurs de la mission qui en compte 10, il se fera surprendre lors de l’atterrissage tant sa zone pour atterrir était courte. Le capitaine SS pénètre finalement dans l’hôtel et retrouve Mussolini, protégé par un garde.

« Duce, c’est le Fürher qui m’envoie. Vous êtes libre ! »

Le dictateur italien est alors escorté jusqu’à un petit appareil de type Stortch. Désireux de gloire, Otto Skorzeny embarque avec Mussolini afin de se montrer en héros, sauveur du Duce. L’avion parvient à décoller à 15h15 et le capitaine SS entre dans la légende. L’évadé sera amené à Pratica di Mare avant de rejoindre le Fürher, en Prusse-Orientale.

Quand Hitler a décidé de faire évader Mussolini de prison en 1943 - Cultea
Benito Mussolini avec Otto Skorzeny à Gran Sasso, une image utilisée comme propagande dans le futur. (Wikimedia Commons)

Cette évasion fera évidemment partie de la propagande nazie. L’image de Mussolini sera désormais aux mains du Fürher, qui peut en faire ce qu’il voulait. Par ailleurs, il le force à retourner en Italie et à instaurer la république de Salò, dans le nord du pays. De fait, il s’agit probablement dans l’histoire de l’une des évasions les moins bénéfiques à l’évadé.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.