Site icon Cultea

Pierre Soulages : l’homme aux cinquante nuances de noir est décédé

Pierre Soulages : l’homme aux cinquante nuances de noir est décédé - Cultea

Ce mercredi 26 octobre 2022, Pierre Soulages s’est éteint. Le célèbre artiste peintre français, avant tout connu pour son utilisation du noir sous toutes ses nuances, avait 102 ans. Réputé dans le monde entier comme l’un des artistes contemporains les plus marquants, Pierre Soulages aura fait rayonner l’art français pendant plus de 76 ans. On le pensait immortel, lui qui ne se laissait pas assombrir par les années. Son art, lui, le sera, précurseur d’un art nouveau et fondateur du concept d’outrenoir.

L’art, le premier amour de Pierre Soulages

Né dans une famille d’artisans le 24 décembre 1919 à Rodez dans l’Aveyron, Pierre Soulages se prend très tôt d’affection pour l’art et les activités manuelles. Son père décède alors qu’il n’est qu’un enfant. Il est donc élevé par sa mère et sa sœur. Les outils de ses parents l’inspirent et Pierre Soulages n’est jamais à court d’idées lorsqu’il s’agit de les utiliser, voire de s’en fabriquer.

A à peine 8 ans, il peint déjà et se montre intéressé par les menhirs et le travail de la pierre. Ce goût prononcé pour ces deux passe-temps prendra d’autant plus d’ampleur lorsque, à 12 ans, il se découvre fasciné par l’art roman lors d’une sortie scolaire à l’abbatiale Sainte-Foy de Conques.

« C’est là, je peux le dire, que tout jeune j’ai décidé que l’art serait la chose la plus importante de ma vie. » Pierre Soulages pour la Bibliothèque nationale de France en 2001.

En 1939, Pierre Soulages est admis aux Beaux-Arts, à Paris. Rapidement, l’artiste peintre déchante, réalisant que les enseignements prodigués ne lui conviennent pas. Il décide après seulement quelque temps de quitter l’établissement. Cependant, ce séjour dans la capitale ne sera pas vain, puisque l’homme en profite pour visiter musées et expositions. C’est à la galerie Paul Rosenberg que Pierre Soulages a une « révélation » face aux œuvres de Picasso et Paul Cézanne. Il comprend à cet instant que la peinture le guidera toute sa vie.

Mobilisé par l’armée de 1940 à 1941, il part dès son retour en France à Montpellier, pour y préparer le professorat de dessin. Cette expérience ne le convainc guère plus que celle vécue à Paris, mais elle marquera à jamais son futur, puisqu’il y rencontre Colette Llaurens. Celle-ci deviendra sa femme dans la foulée.

Pierre Soulages, un talent unique

En 1946, Pierre et son épouse s’installent à Courbevoie, dans la banlieue parisienne. A partir de cette année-là, il consacre absolument tout son temps à la peinture, qui devient son activité principale. Pierre ouvre alors son premier atelier.

Ses œuvres, issues de l’art abstrait, jouent avec le noir et ses nuances, mises en évidence par leur contraste avec la lumière immaculée de la toile. L’artiste ose d’ailleurs utiliser des matériaux originaux pour retranscrire la noirceur souhaitée : le fusain, mais aussi le brou de noix. C’est ainsi qu’en 1979 est né le terme « outrenoir », qui fait référence aux infinies possibilités du noir, selon l’artiste.

La révélation de ce champ du possible est survenue au lendemain d’une toile de prime abord ratée par l’artiste. « Au réveil je suis allé voir la toile. J’ai vu que ce n’était plus le noir qui faisait vivre la toile mais le reflet de la lumière sur les surfaces noires. Sur les zones striées, la lumière vibrait, et sur les zones plates tout était calme. La lumière vient du tableau vers moi, je suis dans le tableau. » – Pierre Soulages à Hans-Ulrich Obrist.

Aussi, son enfance dans l’Aveyron fut marquée par des paysages hivernaux dans lesquels les troncs d’arbres et les branches, d’un bois foncé, s’élevaient jusqu’à un ciel blanc, une source d’inspiration sans fin pour cet amoureux des contrastes.

Pierre Soulages, une carrière internationale

Dès 1947, ses tableaux sont remarqués par divers artistes. Il se trouve ainsi convié à participer à l’importante exposition Französische Abstrakte Malerei en Allemagne. Cette dernière met à l’honneur de grands peintres abstraits, dont Pierre est le plus jeune. Ici prend racine la renommée mondiale du peintre français.

En 1949, en plus d’exposer en France, Pierre Soulages expose à Munich, dans la galerie d’Otto Stangl, mais aussi à New York, dans la galerie Betty Parsons. L’artiste influence le monde entier par ses œuvres uniques et fortes.

Au fil des années, des œuvres de Pierre Soulages se retrouvent exposées dans différentes galeries au Brésil, au Danemark ou encore aux États-Unis. Cette reconnaissance permet à ses œuvres de se retrouver dans les plus grands musées du monde. En effet, on peut les retrouver notamment au musée Guggenheim, ainsi qu’au musée d’Art Moderne de Londres, par exemple.

Sa carrière internationale ne cesse dès lors de s’émanciper davantage, inspirant les peintres d’art moderne de très nombreux pays. Aujourd’hui, les peintures de Pierre Soulages sont présentes sur chaque continent, réparties dans plus de 110 musées.

Deux des œuvres marquantes de Pierre Soulages

Goudron sur verre 45,5 x 76,5 cm, 1948-1

Pour cette œuvre, Pierre fait le choix de mettre en exergue du goudron sur une plaque de verre. Quoi de mieux que du verre pour refléter la lumière qui caractérise tant ses créations ? Chacun peut y interpréter ce qu’il souhaite, tantôt une fenêtre, tantôt les ruines d’une maison… Pour réaliser cette œuvre, l’artiste a utilisé une brosse de peintre de bâtiment, ainsi que le verre d’une serre brisée.

Goudron sur verre (45,5 x 76,5 cm) – Pierre Soulages

Peinture 195 x 130 cm, 2 juin 1953

Cette peinture s’articule autour de différentes formes, différentes textures. Les quatre rectangles angulaires semblent vouloir nous concentrer sur la fine ligne de lumière qui s’y cache. Cette particularité visuelle n’est pas sans rappeler l’art des vitraux. Un hasard ? Sans doute pas, puisque Pierre Soulages réalise entre 1987 et 1994 les vitraux de l’abbatiale Sainte-Foy de Conques, visitée plus jeune. Dans ces derniers aussi, de fines lignes de lumière se dessinent, jouant avec les contrastes.

Pierre Soulages (195 x 130 cm)

L’art de Pierre Soulages aura su traverser frontières et décennies, jusqu’à faire de son auteur un nom connu et reconnu mondialement. L’homme qui a su faire jaillir de la lumière grâce à l’obscurité n’aura jamais perdu la main. Il s’agissait sans doute du peintre le plus admiré de son vivant. Ironie du sort, preuve que la magie ne l’a jamais quitté, Pierre Soulages est décédé un jour d’éclipse solaire, là où noirceur et lumière composent, ensemble, une poésie si rare.

On peut encore visiter le Musée Soulages à Rodez, inauguré le 30 mai 2014, qui lui est consacré. Celui-ci accueille une moyenne de 140 000 visiteurs par an et risque de ne pas désemplir ces prochains mois… A ce sujet, Pierre Soulages disait lui-même que ce musée était fait pour être « contemplé avec les yeux » et non avec la tête. Une façon d’inviter chacun à ne pas intellectualiser son art et à laisser place à son imagination et au plaisir instantané.

 

Sources :

Quitter la version mobile