Élisabeth Báthory, la comtesse qui tuait pour rester éternellement jeune…

| | ,

Surnommée la « comtesse sanglante », « comtesse Dracula » ou encore « ogresse des Carpates », Élisabeth Báthory est connue pour être l’une des femmes ayant commis le plus de crimes dans l’Histoire.

Née en 1560 dans une famille noble et puissante de Transylvanie, Élisabeth Báthory mène une vie confortable dans le château Čachtice. Elle y reçoit une éducation soignée, orientée vers l’apprentissage des langues comme le hongrois, le latin et l’allemand.

À 11 ans, son père la promet en mariage à un cousin lointain. À 14 ans, elle part vivre dans sa belle-famille en Hongrie. Un an plus tard, elle tombe enceinte de l’un des domestiques du château. Son mari ordonne de tuer ce jeune homme et fait accoucher sa femme dans le plus grand des secrets. Elle ne reverra jamais son bébé. Plus tard, elle aura quatre enfants : Anna, Catherine, Ursula et Paul.

Son mari, souvent contraint de s’absenter pour des raisons militaires, meurt brutalement dans d’obscures circonstances. Les correspondances qu’ils entretenaient témoignent de la cruauté de ce couple : ils échangeaient sur les techniques de torture les plus appropriées pour faire régner l’ordre sur leurs terres.

Des rumeurs assassines

Dans les alentours, on commence à s’inquiéter de disparitions inquiétantes. De nombreuses jeunes filles, employées au château pour être domestiques, ne donnent plus de signes de vie. On accuse aussi la comtesse de pratiquer la sorcellerie. En effet, arrivées au château, les jeunes filles subissent des sévices glaçants. Elles étaient battues et fouettées à mort, torturées, puis enterrées dans le parc ou les sous-sols du château.

Mais pourquoi tuer toutes ces jeunes femmes ? Pour leur jeunesse et leur pureté. On raconte que ces actes étaient guidés par les conseils d’une sorcière installée dans une dépendance du château. Elle aurait dit à la comtesse que le sang de ses victimes lui permettrait de garder une jeunesse éternelle. Telle Cléopâtre avec son lait d’ânesse, la comtesse s’aspergeait donc de ce sang, jusqu’à en faire des bains. On ne sait pas exactement combien de victimes Élisabeth Báthory a faites, mais dépendamment des sources, les témoignages vont de 36 à 640 assassinats.

Une macabre découverte

Suite aux rumeurs qui gravitaient autour des pratiques de la comtesse, le roi de Hongrie décide de mandater des hommes pour faire la lumière sur cette histoire. Le 30 décembre 1610, le militaire György Thurzó et ses hommes pénètrent dans le château de Čachtice. Face à eux, des domestiques portant des traces de coups étaient étendues dans le jardin. Dans le vestibule, une jeune femme se vidait de son sang, pendant qu’au sous-sol, des servantes agonisaient. La maîtresse de maison les accueille cependant avec le plus grand calme.

Suite à cet événement, un procès est intenté contre Élisabeth Báthory. Condamnée à la prison à perpétuité, elle purgera sa peine enfermée dans une pièce de son château, d’où on la ravitaille par une fente. Elle meurt le 21 août 1614.

Cette histoire incroyable, non sans rappeler celle de Dracula, a inspiré la littérature et le cinéma. En 2010, Julie Depuy réalise La Comtesse, qui raconte l’histoire de cette femme tueuse.

 

Sources :

Précédent

Betty White, icône de la comédie américaine, est morte à 99 ans

5 janvier 1875 : inauguration de l’emblématique opéra Garnier !

Suivant

Laisser un commentaire