« César et Rosalie » : 3 raisons de (re)découvrir ce film avec Romy Schneider et Yves Montand

"César et Rosalie" : 3 raisons de (re)découvrir ce film avec Romy Schneider et Yves Montand

Parmi les chefs-d’œuvre immuables du cinéma français, César et Rosalie figure en bonne position. Sorti en 1972 et réalisé par Claude Sautet, le film s’impose, plus de 50 ans après sa sortie, comme une des plus belles histoire d’amour(s) du cinéma français. Aujourd’hui, alors que le film débarque sur C8, revenons sur ce film porté par Romy Schneider, Yves Montand et Sami Frey. 

Synopsis : César est un homme plein d’entrain, à l’aise socialement et fou amoureux de sa compagne Rosalie, une femme raffinée et discrète. Un jour, ils croisent la route de David, un artiste qui fut l’amant de Rosalie des années auparavant. Une rivalité mêlée d’amitié se crée alors entre les deux hommes, chacun désirant les faveurs d’une Rosalie indécise…

César et Rosalie : une histoire d’amour(s) pas comme les autres 

Le concept du triangle amoureux est probablement aussi vieux que la fiction. Ainsi, le concept de César et Rosalie aurait pu être éculé dès sa sortie (alors 50 ans plus tard, n’en parlons pas…). Pourtant, le concept est ici parfaitement exploité, ne tombant jamais dans le pathos, ni dans la surenchère. On doit d’abord cela au caractère des personnages, dont les interactions sont impeccablement écrites.

César et David sont deux hommes que tout oppose, à l’exception de leur amour pour Rosalie. Pourtant, derrière les taquineries et la rivalité vont forger un certain respect ainsi qu’une amitié profonde. Et là est probablement le coup de génie du film. Plutôt que d’aborder les différentes histoires d’amour uniquement par le prisme du conflit, le film nous offre une aventure profondément humaine, ou la complexité de l’amour et de l’amitié est parfaitement retranscrite. Ainsi, César et Rosalie est plus qu’une simple histoire de triangle amoureux. Il s’agit d’une fresque profondément humaine, à la fois romanesque et réaliste, à laquelle quiconque peut s’identifier.

Des comédien.n.es au sommet de leur art 

Pour porter une histoire aussi subtilement, il fallait un casting de poids. Et Claude Sautet a su s’entourer des meilleurs comédiens possibles, ainsi que de LA comédienne parfaite pour ce rôle.

Rosalie, épicentre de cette relation, est une figure à la fois fragile et déifiée. Emprisonnée au cœur de ce triangle amoureux, celle-ci ne joue jamais de la situation, étant tiraillée entre ces deux hommes que tout oppose. L’interprétation magistrale de Romy Schneider vient sédimenter le caractère fort et fragile de ce personnage. L’actrice au sommet de son art capte à merveille la nature dichotomique de son personnage. Ainsi, celle-ci est à la fois insouciante et sérieuse, libre mais prisonnière… Et autour d’elle gravitent deux hommes aux caractères diamétralement opposés.

Yves Montand, du haut de son charisme et de son bagou, nous offre ainsi un parfait César. Fanfaron, grande gueule et fou amoureux, il incarne une facette extravertie et simple de Rosalie. A l’opposé se trouve un Sami Frey à l’élégance froide et raffinée, venant interpréter un David magistral. À l’inverse de César, il représente une facette plus complexe de Rosalie, ainsi que la nature insaisissable de l’amour.

Une incroyable synergie vient ainsi se former dans ce trio. Toujours en quête d’inattendu, ni le film, ni les personnages ne cherchent la surenchère. À l’inverse, la communication et l’entente sont la plupart du temps au cœur des interactions, malgré la violence palpable de la rivalité. Un travail qui n’aurait jamais pu être accompli sans ce casting de talent et parfaitement choisi.

Toujours moderne, malgré son demi siècle 

À l’heure actuelle, beaucoup de films des années 70 ont pris un sacré coup de vieux. Et ce n’est pas étonnant. Entre-temps, le cinéma a muté maintes et maintes fois, imposant de nouveaux codes narratifs et de nouveaux standards visuels. À cela s’ajoutent des normes sociétales aux antipodes de certaines qui avaient cours à l’époque.

Pourtant, force est de constater que César et Rosalie n’a pas pris une ride. Celui-ci s’inscrit parfaitement dans le contexte de son époque, sans paraître désuet pour autant. Et c’est peut-être ce qu’il y a de plus étonnant avec ce film. Outre le talent des commédien.n.es et la beauté de l’histoire, c’est l’éminente modernité du film qui vient cimenter sa qualité. Encore aujourd’hui, il reste une véritable pépite à découvrir, quel que soit votre âge ou votre appétence pour le cinéma.

Jusqu’à sa dernière seconde, César et Rosalie parvient à nous tenir en haleine. À un point tel d’ailleurs, que même après le visionnage, le doute subsiste quant à l’avenir de ces personnages. Pourtant, malgré ce doute, l’affection demeure pour chacun d’entre-eux et nous fait regretter amèrement de les quitter… 

Pour nous rejoindre sur Facebook – Cultea

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *