« Amsterdam » est un film plaisant, mais trop décousu [critique]

David O. Russell, à qui l’on doit l’excellent Happiness Therapy, revient avec Amsterdam. Cette comédie dramatique tirée d’une histoire vraie avait tout pour être un chef-d’œuvre. Malheureusement, la gestion trop aléatoire de ses thématiques et de son rythme en fait un film certes plaisant, mais à mille lieues de son véritable potentiel. 

Synopsis : dans les années 30, après avoir été séparés pendant des années, trois amis se retrouvent pour faire face à un complot politique de grande ampleur. Amours, meurtres et suspens obligent le trio à renouer des liens.

Un scénario passionnant, mais mal agencé  

Amsterdam avait tout pour être un grand film. Une histoire vraie, un casting poids lourd, un réalisateur aguerri et des thématiques fortes… Malheureusement, le film souffre d’un scénario mal agencé, rendant l’œuvre difficile à suivre. Cela est dû, entre autres, à de trop nombreuses thématiques. Si on résume, Amsterdam nous parle :

  • D’un complot politique
  • De la condition des anciens combattants
  • D’une histoire d’amour
  • De relations toxiques
  • D’amitié
  • De santé mentale
  • De la montée du fascisme

C’est trop… Et là, on ne parle que des thématiques principales, puisque des thèmes secondaires viennent se greffer (comme le racisme, l’art, etc.).

Cela aurait pu marcher si le scénario était agencé correctement, mais c’est là le deuxième problème du film. En effet, le film souffre d’un véritable problème de rythme. Si l’introduction fait parfaitement son travail, le film se perd rapidement dans les très nombreuses intrigues évoquées ci-dessus. Nos protagonistes atterrissent de nouvelle situation en nouvelle situation, sans véritable fil conducteur, le tout entrecoupé de flashbacks. Un problème de rythme d’autant plus regrettable quand on constate l’excellence de la dernière partie. En effet, la conclusion d’Amsterdam est un véritable plaisir à suivre, qui justifie toutes les intrigues par lesquelles nous sommes passés.

Au final, Amsterdam ressemble à une première version d’un scénario, mise en images telle quelle… Sans relecture et sans que ce script n’ait été retravaillé. Pourtant, tous les éléments du film sont intéressants. Mieux agencés, ils auraient clairement pu en faire un chef-d’œuvre.

Un casting poids lourd 

Christian Bale, Margot Robbie, John David Washington, Chris Rock, Robert De Niro, Zoe Saldaña, Taylor Swift, Anya Taylor-Joy, Mike Myers, Michael Shannon, Timothy Olyphant, Matthias Schoenaerts, Rami Malek… Voilà un casting qui a de quoi faire pâlir toutes les autres productions de 2022 !

Bien évidemment, le trio principal Christian Bale, Margot Robbie, John David Washington est celui qui nous intéresse en priorité. Et autant dire que chacun fait un remarquable travail. L’alchimie entre les trois compères est tout bonnement parfaite. La complicité entre Burt (Christian Bale) et Harold (John David Washington) est palpable. Quant à Valérie (Margot Robbie), elle vient compléter ce duo à merveille. Harold et Valérie font quant à eux un couple particulièrement touchant. Les frasques de ces trois amis à Amsterdam contribuent à les rendre attachants et à nous donner envie de continuer à les suivre dans les aventures.

S’agissant du reste du casting, l’aspect confus du film ne permet pas forcément d’en profiter pleinement, mais chacun est parfaitement à sa place. Aucune fausse note n’est à déplorer dans ce casting en or massif. Mention honorable à Timothy Olyphant, méconnaissable (et répugnant) dans son rôle de tueur sans scrupule, ainsi qu’au duo Mike Myers, Michael Shannon, tout bonnement délicieux en espions pas très discrets.

Quel ton pour un film comme Amsterdam

Amsterdam semble souffrir d’un problème quant au ton à employer… Est-ce une satire ? Un film historique ? Un drame sentimental ? Une comédie burlesque ? Ce problème de ton est évidemment dû aux problèmes de scénario évoqués ci-dessus.

Un fait regrettable, car la reconstitution est magnifique et la réalisation globalement maîtrisée. Hormis les très (trop ?) nombreux plans en « caméra à l’épaule », on note une magnifique reconstitution, un étalonnage très réussi et certains plans de caméra qui ne sont pas sans rappeler le cinéma de Wes Anderson.

Amsterdam est un film qui a manqué d’être exceptionnel. Une œuvre certes plaisante, mais dont le scénario surchargé et mal agencé l’empêche de se hisser au rang de chef-d’œuvre. Il reste toutefois un solide divertissement, porté par ce qui est probablement le plus beau casting de l’année 2022. 

2 Replies to “« Amsterdam » est un film plaisant, mais trop décousu [critique]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile