Une femme préhistorique de 4000 ans reconstituée en 3D

Une femme préhistorique de 4000 ans reconstituée en 3D

Après des centaines d’heures de travail, des archéologues ont reconstruit, avec l’aide d’un médecin légiste, le visage 3D d’une femme préhistorique. De taille petite et avec un visage atypique, elle aurait vécu il y a environ 4000 ans de cela.

Grâce à une technologie en trois dimensions, Oscar Nilsson et ses confrères restituent aujourd’hui un fragment du passé. La reconstitution a été rendue possible grâce à des restes d’ossatures découverts il y a une centaine d’années en Suède.

Oscar Nilsson est un habitué des reconstitutions méticuleuses. Avec une équipe d’archéologues, il utilise une imprimante 3D capable de sortir une copie en plastique du crâne de ladite femme. En s’appuyant sur les archives contenues directement dans les os, il a pu déterminer un certain nombre de caractéristiques. La femme qu’il a reconstituée mesurait environ 1,50 mètre et avait les dents en avant. Sa mâchoire était masculine et son nez légèrement asymétrique. Un intéressant mélange de masculin et de féminin selon lui. En sculptant les traits de cette femme de l’âge de pierre, il dit s’être inspiré de la relation entre une mère et son fils :

« Elle regarde avec ses yeux de mère, à la fois avec amour et un peu de discipline » Oscar Nilsson dans un article pour Live Science.

« L’ADN et l’impression 3D c’est sympa, mais le plus important c’est ce lien émotionnel dont nous faisons l’expérience avec un certain nombre de personnes lorsque nous regardons un visage reconstruit. C’est cette connexion qui prime. » détaille Oscar Nilsson.

Les restes de la femme avaient été découverts en 1923 aux côtés de ceux d’un petit garçon d’environ 7 ans. Pourtant, il est impossible d’expliquer la relation entre les deux, à cause d’absence de traces d’ADN.

La reconstitution d’une femme préhistorique

En partant d’un crâne, les archéologues sont ainsi en mesure de connaître le sexe, l’âge, le poids et la taille d’une personne ayant vécu. C’est ce qui leur permet par la suite de choisir l’épaisseur des tissus faciaux, afin de se rapprocher au mieux de la réalité. Mais le patrimoine génétique dégradé des ossements n’aura pas facilité la tâche.

Pour déterminer la bonne carnation et couleur des cheveux et des yeux, Nilsson a remonté trois grands courants de migrations de l’ancienne Scandinavie. En récupérant les caractéristiques physiques de chaque époque, il choisit de se référer à la seconde vague de migration, datant de 5000 à 4000 ans. Peau pâle, cheveux noirs, et yeux marrons… Voilà donc à quoi ressemble le visage de la femme préhistorique !

Femme préhistorique reconstituée en 3D
Une femme préhistorique ayant vécu il y 4000 ans reconstituée par Oscar Nilsson et habillée par Helena Gjaerum. Source : Oscar Nilsson

Des vêtements en peaux d’animaux

Retrouver les bonnes caractéristiques physiques de cette femme de l’âge de pierre est une chose, mais le choix des vêtements a lui aussi été une étape importante. Ce défi, c’est la suédoise Helena Gjaerum qui l’a relevé. L’archéologue a, pour ce travail, mené de multiples recherches sur l’environnement préhistorique : climat, faune et flore. Elle s’est aussi inspirée de vêtements autochtones d’Amérique et de Sibériens indigènes. C’est donc pour des vêtements en peaux de cerf, et des chaussures en peau de renne, castor et renard que la spécialiste a opté.

Pour la conception des vêtements, les archéologues ont récupéré des restes d’animaux et travaillé leurs peaux et leurs cuirs. Et pour ce faire, ils décident d’utiliser les mêmes techniques que les hommes préhistoriques. Les matières sont ainsi plongées dans une rivière puis recouvertes de solution à base de cervelle d’élan.  Elles sont ensuite bouillies, étirées, fumées et sculptées jusqu’à obtenir l’apparence d’habits. D’après l’experte Helena Gjaerum, les vêtements de l’époque n’étaient pas aussi primitifs que l’on pourrait le penser.

Après plus de 350 heures de travail, les archéologues ont reconstitué avec brio le visage d’une femme préhistorique. Une réalisation bluffante, réalisée grâce à une technique 3D de pointe. Grâce à ces découvertes, il est désormais possible d’avoir une image actuelle du passé. Un phénomène intéressant, auquel d’autres artistes participent, comme le tunisien Haroun Binous qui s’est amusé à recréer les visages des grands empereurs romains

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.