« Pokémon Epée & Bouclier » de Nintendo est peu original mais rudement efficace ! [Test]

"Pokémon Epée & Bouclier" de Nintendo est peu original mais rudement efficace ! [Test]

Le 15 novembre 2019 sortait le très attendu Pokémon Epée & Bouclier. Petite session de rattrapage sur cette 8ème génération de Pokémon, qui nous offre une aventure peu innovante, mais tout de même fort agréable !

L’éternelle histoire de Pokémon… Avec quelques plus !

C’est le déroulement classique de tous les jeux depuis la 1ère génération : on choisit parmi les trois starters (feu, plante et eau), on affronte les huit champions d’arènes, on roule sur la ligue Pokémon et on complète le pokédex… Voilà ! Jeu terminé ! Cependant, quelques éléments de scénario viennent égayer cette nouvelle aventure.

Il fait bon vivre à Galar !

On commencera par Tarak, le redoutable maître de Galar. Contrairement aux autres opus où les maîtres de ligues ne sont pas ou peu impliqués dans l’histoire, nous avons ici plusieurs apparitions du maître venant aider l’histoire à avancer. Et comment pourrait-il en être autrement, quand votre rival Nabil n’est autre que le frère de ce champion…

On notera également la construction scénaristique, pensée pour satisfaire tous les types de joueurs. En effet, si vous aimez les jeux dirigistes à l’histoire très calibrée, vous devriez être servis. A l’instar de ses prédécesseurs, Pokémon Épée & Bouclier nous offre un scénario très simple, où toutes les péripéties nous amènent naturellement à la suivante, sans vraiment laisser la part belle à la découverte.

Cependant, une nouveauté de ce jeu vient changer la donne : Les Terres Sauvages ! Ces lieux immenses, remplis de Pokémons surpuissants, offrent une véritable pause pour tous les joueurs désireux d’explorer et de s’éloigner de l’aventure pendant un temps. Vous pourrez ainsi explorer, remplir le Pokédex et affronter divers Pokémon dans les fameux raids Dynamax (ou Gigamax), afin de constituer l’équipe de vos rêves.

Corvaillus Gigamax (Ouais on sait… Il pète la classe ce Pokémon !)

Et puisqu’on parle du Dynamax : quelle claque ! Cette nouvelle mécanique (qui en laissait plus d’un perplexe lors du premier trailer), offre le compromis parfait entre la méga-évolution (Pokémon X&Y) et les Attaques Z (Pokémon Soleil & Lune). Non seulement les combats Dynamax sont épiques mais en plus, ils permettent de redécouvrir certains Pokémon sous une nouvelle forme monstrueusement classe : les formes Gigamax (après le Dracaufeu méga-évolué trop badass, on a le droit au Dracaufeu gigamax trop badass).

On notera cependant une durée de vie affreusement courte concernant l’histoire principale… Malgré l’histoire post-game et malgré les Terres Sauvages qui gonflent l’espérance de vie de votre version, on aurait espéré une aventure un peu plus étoffée…

En revanche, s’il y a bien une chose réussie dans cette 8ème génération, ce sont les nouveaux Pokémon ! Du badass, du mignon, de l’insolite… Il y en a pour tous les goûts ! Entre la classe de Lanssorien, le design créatif de Dratatin ou la bouille ultra-mignonne de Ouistempo, on ne peut qu’être admiratifs du travail mené par les équipes. A la réussite de cette génération s’ajoute un panel de noms tout aussi sympathiques. De quoi féliciter les traducteurs ayant travaillé sur cette génération.

Bienvenue à Londr…. à Winscor !

Graphismes : du féerique au pathétique

Les graphismes de Pokémon Epée & Bouclier oscillent entre le fabuleux et la mauvaise blague. L’ensemble des villes, grottes et forêts nous offrent des décors féeriques, qui sonnent comme une invitation au voyage (et c’est tout ce qu’on attend d’un jeu Pokémon). De Motorby à Corrifey, en passant par les mines de Galar, quel plaisir de découvrir ces nouveaux environnements, passant de l’ultra-urbain à la forêt enchantée… Bref ! l’essence même de Pokémon : la découverte d’un monde fabuleux que l’on désire explorer de fonds en combles.

Mais si on s’attarde sur les Terres Sauvages : quelle platitude ! Certes, l’intérêt premier de ces lieux est la chasse. Mais dans la mesure où cet endroit est celui que les gros joueurs vont le plus fréquenter, un petit effort aurait pu être fait ! Ce n’est pourtant pas comme si l’inspiration manquait dans le reste du jeu pour créer des environnements agréables à explorer… Et là est la plus grande faiblesse de ce lieu pourtant essentiel.

Les forêts de Galar semblent enchantées… (Et leur Ponyta sont juste adorables)

Difficulté anémique : l’éternel problème…

Faut-il une difficulté augmentée dans les jeux Pokémon ? Les fans acharnés de la licence nous répondent en cœur un grand : OUI !!! Et comment pourrait-on les blâmer quand l’aventure est si simple à terminer…

Outre les adversaires bas de gammes que l’on retrouve encore et toujours, voilà une nouvelle mécanique venant rendre l’aventure d’une simplicité monstrueuse : les bonbons (XS, S, M, L et XL). En effet, une fois arrivés au niveau des Terres Sauvages, vous pourrez effectuer divers Raids et ainsi récolter ces précieux bonbons. Vous n’avez plus qu’à les donner à vos créatures pour faire augmenter considérablement leur niveau.

En soit l’idée est géniale, car elle permet de vous créer une équipe puissante et sur-mesure. Mais il serait de bon ton que nos adversaires bénéficient d’un niveau suffisant pour nous tenir tête ! Idem pour les champions d’arène. Ils ont beau user du Dynamax, ils sont à peine plus complexes à battre que les dresseurs courants. Même la ligue ne parvient pas à constituer un véritable défi, malgré l’équipe impressionnante de Tarak.

Nabil, le rival à qui on aime mettre raclée sur raclée (et qui passe son temps à changer d’équipe !)

Si l’on comprend que Nintendo veuille rendre le jeu accessible pour les joueurs les plus jeunes, la compagnie a tendance à oublier que les fans de la première heure ont entre 25 et 35 ans. Un jeu avec une difficulté ajustable serait donc le bienvenu, afin de ne pas pénaliser les jeunes joueurs, tout en offrant aux plus exigeants l’aventure épique qu’ils méritent ! On pourrait même imaginer trois types de niveaux :

  • Normal (aventure classique)
  • Difficile (aventure complexe)
  • Stratège (aventure pour les fous de stratégie)

Un Pokédex réduit… Ou presque !

Cela n’avait pas manqué de faire réagir les joueurs lors de l’annonce : le Pokédex de Galar ne comporte que 400 créatures ! Ou du moins il ne comporte initialement que 400 créatures. En effet Nintendo, nous propose une région où les Pokémon sont drastiquement moins nombreux qu’ils ne l’étaient précédemment.

Mais, mais mais ! (parce-qu’il y a un « mais » !), les partisans du « Bring Back National Dex » (réclamant le retour de toutes les créatures) se sont vite retrouvés face à une vérité simple : les créatures arriveront au fur et à mesure via des mises à jour.

Cela a d’ailleurs déjà commencé avec l’application Pokémon Home, qui a étoffé le Pokédex de 35 anciennes créatures importables. En outre, un nouveau Pokémon a fait son apparition comme prémice d’un futur DLC : Ramoloss de Galar. Car oui, deux DLC sont d’ores et déjà annoncés et apporteront aux alentours de 200 créatures.

Pokédex de Galar avant les ajouts (c’est déjà pas mal tous ces Pokémon !)

En bref, le Pokédex de Galar tend à se compléter dans les prochaines années, par le biais de DLC. Si cela peut paraître frustrant au premier abord, peut-être est-ce la bonne direction à prendre pour Nintendo. Finie la troisième version hors de prix et identique aux deux précédentes et bonjour aux Pass d’Extension apportant du nouveau contenu. Reste à savoir si le potentiel de ces nouveaux contenus sera correctement exploité.

Deux DLC annoncés : qu’est-ce qu’on peut en attendre ?

Puisque Pokémon semble se diriger vers les DLC plutôt que vers une version complémentaire, que peut-on attendre de ces suites ?

Déjà ; un scénario original ! Puisque l’histoire principale a maintenant été accomplie, il nous faut aller vers de nouveaux horizons scénaristiques (ou vers d’autres cieux comme diraient de vieilles connaissances…). Ensuite, de nouveaux Pokémon ! Ramoloss de Galar, c’est bien beau mais espérons tout de même découvrir de toutes nouvelles créatures. Enfin : des lieux nous faisant rêver encore et toujours plus. Car après tout, c’est là l’une des plus grandes forces de cet univers.

Pokémon Épée & Bouclier nous offre une nouvelle génération pleine de potentiel et d’éléments mémorables. Malgré son manque d’originalité, le jeu reste un pur plaisir et nous promet de futures aventures fort plaisantes ! Il n’y a donc plus qu’à attendre quelques mois afin de pouvoir enfin les vivre…

Bande-annonce : Pass d’extension – Pokémon Épée & Bouclier

https://www.youtube.com/watch?v=dUUCrTYkXbI&t=41s

2 Replies to “« Pokémon Epée & Bouclier » de Nintendo est peu original mais rudement efficace ! [Test]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.