« Odeuropa » : un projet scientifique d’encyclopédie des odeurs !

| | ,

Les projets encyclopédiques, qu’ils soient scientifiques ou historiques, sont toujours des travaux pharaoniques. Il s’agit de compiler une somme de savoirs particuliers, et ce, avec le plus grand soin. Ainsi, lorsqu’on apprend que des historiens et des parfumeurs vont plancher conjointement sur un projet d’encyclopédie olfactive, on pense la tâche impossible. Et pourtant, l’initiative vient d’être lancée, en chantier pour trois ans à compter de cette année 2021 ! Découvrons donc ensemble l’Odeuropa, dirigé par l’historienne hollandaise Inger Leemans. 

Surprenant projet, n’est-ce pas ? Mais qu’est-ce que c’est exactement, Odeuropa ? Laissons la directrice du programme donner sa première version :

« L’objectif principal du projet Odeuropa est de montrer que l’odorat et notre patrimoine olfactif sont des moyens importants de promouvoir le patrimoine culturel et immatériel de l’Europe. »

Inger Leemans sur scène pour une conférence TEDx à Amsterdam - Cultea
Inger Leemans sur scène pour une conférence TEDx à Amsterdam.

Inger Leemans est historienne et enseignante à l’Académie royale des arts et des sciences des Pays-Bas. Son champ de compétence va de l’histoire des émotions et des sens à l’histoire économique et financière, en passant par les humanités numériques. En ce sens, elle a publié bon nombre de travaux reconnus. C’est donc à cette experte de l’histoire des sens qu’a été confiée la gestion du projet qui nous intéresse aujourd’hui. Ainsi, Leemans coordonne plusieurs équipes de chercheurs à travers l’Europe, dont notamment des historiens, des parfumeurs, des chimistes, mais aussi des experts en intelligence artificielle. Mais rentrons un peu plus dans le vif du sujet pour bien comprendre tout ça !

Beaucoup de sources à trier

En tant que travail d’historien avant tout, les premières sources seront toute la production écrite de l’époque. Ainsi, l’aide d’une intelligence artificielle ne sera pas de trop pour lire des milliers d’ouvrages, correspondances et autres sources écrites de l’époque moderne. De fait, des experts du langage et des historiens se sont réunis pour « apprendre » à une intelligence artificielle à référencer et comprendre toute mention ou référence à de l’odeur dans des textes. En bref, ils ont fait une immense liste de mots, d’expressions ou de jargon relatifs aux odeurs et l’IA va travailler pour eux en scannant une immense base de données. Le but ? Essayer d’établir une carte olfactive de l’Europe entre le XVIe et le XXe siècles.

Ainsi, un voyage sensoriel dans le passé sera rendu possible. On pourrait par exemple utiliser ces données pour enrichir certains musées. Lorsque vous visitez la maison d’un personnage historique, il pourrait être intéressant de lui redonner son identité olfactive d’époque. Le propriétaire avait-il un chien ? Quelles plantations y avait-il à proximité ? Fumait-il le tabac ? Ou bien encore, les meubles étaient-ils vernis avec un enduit spécial à l’odeur singulière ? Même chose avec le cuir des vêtements.

Un projet ambitieux

Ainsi, tous ces chercheurs collaborent afin de bâtir une encyclopédie qui finira par être mise en ligne. En plus des occurrences de ces odeurs dans les écrits, la base de données contiendra diverses informations complémentaires et contextuelles. En effet, on pourra notamment connaître les lieux où l’on retrouve ces odeurs, ainsi que leur source. De plus, des notes sur la symbolique de ces odeurs seront disponibles. De fait, ce travail nécessite une étroite collaboration entre différents professionnels.

Vous l’aurez compris, c’est un projet très ambitieux et assez inédit. On attend de voir les résultats d’ici trois ans et surtout de futures applications dans des musées. Voire peut-être des jeux vidéo ? Après tout, il ne serait pas fou d’imaginer un complément aux casques VR qui proposerait une immersion encore plus forte dans certains jeux historiques. À quand un Assassin’s Creed où l’on peut sentir les odeurs des rues d’Athènes et du Parthénon de l’époque du Péloponnèse ? À l’inverse, personne ne doit avoir envie de sentir les rues de Paris au Moyen Âge

 

Sources :

Précédent

« Conjuring : Sous l’emprise du diable » s’offre un premier trailer bien flippant !

« The Meg 2 » : la suite n’offrira pas beaucoup de sang aux requins !

Suivant

Laisser un commentaire