Molly Malone : l’inconnue la plus célèbre d’Irlande !

Molly Malone est l’une des figures les plus importantes de la culture irlandaise. De fait, cette jeune marchande ambulante est devenue une véritable légende urbaine. Même si son existence n’a pas pu être prouvée pour l’instant, elle reste omniprésente à Dublin.

Molly Malone est également une chanson intitulée Cockles and Mussels. Cette chanson parle d’une jeune femme, vendeuse de poisson, qui aurait succombé à une fièvre lorsqu’elle était encore jeune. La chanson est devenue l’hymne officieux de Dublin, ainsi que celui de plusieurs équipes sportives.

Molly Malone : sa légende

La jeune femme aurait vécu au XVIIIe siècle, en Irlande. Deux versions de sa vie s’opposent. Une première la présente comme une marchande ambulante, arpentant le pays avec sa charrette de poissons le jour, et se prostituant la nuit. La seconde, au contraire, parle d’elle comme de l’une des rares marchandes ambulantes chastes de l’époque. D’après ce que raconte sa chanson, elle serait décédée à l’âge de 36 ans, des suites d’une fièvre.

Malheureusement, aucun élément n’a pu prouver son existence. Rien n’atteste que la chanson ait été basée sur une Molly Malone ayant réellement existé. Si elle a vécu au XVIIe ou au XVIIe siècle est également un mystère entourant sa vie – en partant du principe qu’elle en ait vécu une. En effet, son prénom – Molly – peut être un dérivé des prénoms Mary, ainsi que Margaret, ce qui le rendait très courant à l’époque. Beaucoup de Molly ont existé, mais aucune d’entre elles n’a pu être reliée à la chanson.

Toutes, sauf une, hypothétiquement. Dans l’espoir de prouver son existence, des passionnés se sont lancés dans des recherches de registres contenant des informations sur Molly Malone. Ils sont alors tombés sur des documents de l’Eglise d’Irlande actant le baptême d’une Molly Malone en 1663, ainsi que son décès en 1699. Malheureusement, les dates ne correspondent pas au bon siècle, et cette hypothèse n’aide pas à prouver son existence. Pour rappel, la légende parle d’une Molly Malone ayant vécu au XVIIIe siècle, et non pas au XVIIe.

Une figure emblématique de l’Irlande

Molly Malone ou Cockles and Mussels

Qu’elle ait existé ou non, son influence sur le pays, elle, est bien réelle. De fait, sa chanson est devenue l’hymne officieux de la capitale, ainsi que celui de plusieurs équipes sportives. Si vous avez l’occasion de visiter l’Irlande, parlez de Molly Malone à des supporters de l’équipe de football gaélique de Dublin et ces derniers vous chanteront probablement sa chanson.

Il faut savoir que, même si elle traite du folklore irlandais, cette dernière a d’abord été publiée… aux Etats-Unis ! Elle serait l’œuvre d’immigrés irlandais racontant l’histoire de cette poissonnière dans leurs paroles. Cependant, sa version officielle est attribuée à James Yorkston, un compositeur écossais, et aurait été publiée à Londres en 1884.

Les hommages pour la jeune femme

Sa légende est tellement ancrée dans la culture irlandaise qu’une journée en son honneur fut décrétée en 1988. De fait, le maire de Dublin de l’époque déclare que le 13 juin sera une journée dédiée à la jeune femme – date hypothétique de sa mort. Une statue est même érigée en sa mémoire en bas de Grafton Street, à Dublin. Cette statue commémorative fut conçue par Jeanne Rynhart, une sculptrice irlandaise, à l’occasion du premier millénaire de la ville.

La statue de la célèbre Molly Malone, à Dublin en Irlande.

En 2014, cette dernière fut déplacée à Suffolk Street et restaurée, faisant désormais face à l’office de tourisme. Plus familièrement, la statue est surnommée « The Tart with the Cart » – soit, la prostituée à la charrette.

Ainsi, sa renommée est internationale, malgré le doute sur son existence. Molly Malone reste un mystère pour l’Irlande. Par ailleurs, sa légende raconte également qu’après sa mort, elle est revenue hanter les rues de Dublin. Légende, symbole ou réalité ? Telle est la question.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile