Finistère : des fresques datant du XVIe siècle découvertes dans une chapelle !

Finistère : des fresques datant du XVIe siècle découvertes dans une chapelle ! - Cultea

Encore une découverte faite grâce à des travaux de rénovation. En effet, d’anciennes fresques datant du XVIe siècle ont été retrouvées dans la chapelle Saint-Jean-de-Balanant à Plouvien, dans le Finistère. Une découverte historique et artistique, néanmoins très fragile.

C’est sous la charpente de la chapelle qu’a été découvert ce trésor. Des fresques couvertes par de la chaux depuis des siècles ont refait surface lors de travaux de rénovation. Une découverte réjouissante, que des restaurateurs sont désormais chargés de conserver.

Des fresques anciennes et fragiles

Ces fresques datent d’il y a presque 500 ans. De fait, pour conserver ces dernières, il faut faire preuve de précision pour ne pas risquer de les abîmer – elles qui sont déjà détériorées par l’humidité et la chaux. Une équipe de six artistes est donc à l’œuvre pour gratter les murs en douceur, découvrant petit à petit ce que représentent les fresques.

« Il faudra les conserver autant qu’on peut. Ce sont des fresques très fragiles, comme de la dentelle. »

Aude Rebours, restauratrice de peintures murales (Ouest-France)

Sa mission est périlleuse, tant les matériaux sont fragiles. Armée de ses outils, Aude Rebours est chargée de retirer l’enduit des fresques pour les recoller sur une surface consolidée.

« On va faire tout ce que l’on peut pour sauver l’ensemble de ces vestiges. Tout n’est pas en très bon état, c’est très fragile. »

Aude Rebours (France 3)

De fait, le temps n’a rien épargné à ces fresques du XVIe siècle. La chapelle, quant à elle, a été construite entre 1430 et 1443 et fut classée monument historique en 1913. Il s’agit du seul édifice restant d’un prieuré des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem (un ordre religieux catholique et militaire) à l’époque des Croisades, jusqu’au début du XIXe siècle.

Pierre Jollé, membre de l’association Saint-Yan veillant au maintien des vestiges de la région, est émerveillé par cette découverte.

« Ces peintures méritent d’être vues par tous ! »

Une œuvre d’art découverte

Une pièce encore lacunaire

Les morceaux de fresques dévoilés jusqu’à maintenant sont encore confus. En effet, on distingue des dessins comme des personnages, des instruments, une couronne, mais également des inscriptions latines.

« C’est trop tôt pour savoir ce que ces scènes disent. »

Aude Rebours (France 3)

Même si elles restent encore à être décryptées, la valeur de ces fresques n’en est pas moins réduite. Un autre artiste du chantier, Tristan Mahéo, met au jour des peintures sur un mur voisin. Il y distingue des personnages en costume d’époque du XVIe siècle.

Malgré le statut lacunaire des fresques, quelques pistes laissent penser qu’il s’agit de représentations de nobles de la région. Pierre Jollé expose sa théorie en soulignant que la chapelle est « certainement liée aux familles nobles du secteur », soit les familles de Carman, Marc’hec et Pernmarch, toutes reliées à Jean V, duc de Bretagne.

Un trésor à partager

Pour René Monfort, membre de l’association Saint-Yan, il s’agit là d’un « trésor ignoré [qu’ils ont] là, sous les yeux ».

« On sait que ces fresques ont un intérêt historique et artistique. Il y a des écrits, datant du XVIIème siècle, qui disent que les murs étaient recouverts de peinture mais on n’en connaissait jusque-là, pas la nature. »

Pierre Jollé (France 3)

Si le passionné d’histoire est enthousiaste à l’idée de partager ces fresques avec le public, ce dernier peut être vite freiné par la hauteur à laquelle elles se situent. En effet, ces dernières sont « haut perchées » et ne permettront pas aux visiteurs de les admirer en détail. C’est pourquoi Pierre Jollé se projette déjà et compte prendre une série de photos et de vidéos de ces fresques, afin d’en dévoiler toute la beauté dans leurs moindres recoins. Une bonne alternative pour que l’œuvre, fragile, soit à la portée de tous.

La restauration devrait donc apporter quelques pièces manquantes du puzzle de l’histoire de ces fresques. Ainsi, il faudra attendre 2023 afin que les travaux soient terminés pour en apprendre plus.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.