Ferdinand Berthier (1803-1886) : le « Napoléon des sourds-muets »

Ferdinand Berthier, également connu sous son nom complet, Jean-Ferdinand Berthier, demeure une figure éminente dans l’histoire des droits des sourds. Né le 30 septembre 1803 à Louhans, en Saône-et-Loire, il marqua de manière indélébile le paysage de l’éducation et de la reconnaissance des droits des sourds, laissant derrière lui un héritage qui perdure encore aujourd’hui.

Malgré sa surdité précoce, Ferdinand Berthier a su briller dans le domaine des études puis de l’éducation. À 8 ans, en 1811, il intégra l’Institut des sourds-muets de Paris, où il fut instruit par des éducateurs notables de l’époque tels que Laurent Clerc, Jean Massieu et Auguste Bébian. Son parcours scolaire fut marqué par son talent, préfigurant sa future carrière en tant qu’éducateur.

Ainsi, Berthier devint lui-même professeur en 1829. Ses talents pédagogiques ne passèrent alors pas inaperçus. En effet, il devint rapidement l’un des enseignants les plus appréciés de l’Institut des sourds-muets de Paris.

Ferdinand Berthier : défenseur acharné des Droits des sourds

L’une des réalisations les plus significatives de Ferdinand Berthier est la fondation de la Société centrale des sourds-muets de Paris en 1838. Cette organisation marqua le début d’une ère nouvelle pour les sourds de France. Celle-ci pouvait notamment les informer sur leurs droits et sur leurs responsabilités. En 1850, il contribua également à la création de la Société centrale d’éducation et d’assistance pour les sourds-muets. Cette institution spécifique put d’ailleurs étendre son influence au-delà des frontières françaises. En effet, dès 1867, elle évolua pour devenir la Société universelle des sourds-muets. Ce changement de nom en apparence anodin lui permit toutefois de refléter son rayonnement international.

Grâce à ses actions, Ferdinand Berthier fut surnommé le « Napoléon des sourds-muets » par Victor Hugo et la communauté des sourds. Ses écrits défendaient ardemment la langue des signes pour les droits des sourds. Il joua ainsi un rôle-clé dans la sensibilisation concernant ce sujet et fit même connaître les artistes sourds de son époque.

Une influence posthume 

Après sa mort, son influence ne fut pas oubliée par les associations. En témoigne la création du musée des Sourds à l’Hôtel-Dieu de Louhans par Armand Pelletier en 2013. Ce musée, situé dans la ville natale de Ferdinand Berthier, rend hommage à son héritage. Un buste en bronze à son effigie, réalisé par l’artiste Jean-Pierre Malaussena, trône d’ailleurs fièrement sur la place Saint-Jean.

Ferdinand Berthier a ainsi laissé une empreinte indélébile dans l’histoire de la culture sourde. Il contribua à la reconnaissance des droits des sourds, à la promotion de la langue des signes et à l’évolution de l’éducation pour les personnes sourdes. Son engagement et son dévouement continuent d’inspirer la communauté et de rappeler au monde l’importance de la communication et de l’égalité pour tous. Raison pour laquelle Google lui rend hommage dans son Doodle du 30 septembre 2023. 

Ferdinand Berthier (1803-1886) : pionnier et défenseur des Droits des sourds 
  • Date et lieu de naissance de Ferdinand Berthier : le 30 septembre 1803 à Louhans
  • Date de décès : le 12 juillet 1886 à Paris
  • Nom de naissance : Jean-Ferdinand Berthier
  • Surnom : le « Napoléon des sourds-muets »
  • Distinctions : Prix de la Société des sciences morales – Légion d’honneur

Pour nous suivre sur Facebook – Cultea 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile