« Babylon » : la flamboyante fresque historique de Damien Chazelle [critique]

En 2023, nous avons eu la chance de retrouver Damien Chazelle avec son nouveau film : Babylon. Après les succès de Whiplash et Lalaland, on attend beaucoup du réalisateur. On peut déjà dire que c’est une réussite. Pourtant, avec un film presque aussi long qu’Avatar 2 (3h15), on avait un peu peur. Damien Chazelle a relevé avec brio le défi de cette fresque historique où on ne s’ennuie jamais.

Un conseil : prenez vos précautions avant de vous assoir dans la salle. Vous n’aurez plus envie d’en bouger pendant les 3h qui suivent.

Synopsis : Los Angeles des années 1920. Récit d’une ambition démesurée et d’excès les plus fous, BABYLON retrace l’ascension et la chute de différents personnages lors de la création d’Hollywood, une ère de décadence et de dépravation sans limites.

Babylon : un titre si bien choisi

Un film intitulé Babylon qui parle des débuts d’Hollywood tels qu’on les connaît aujourd’hui, mais pourquoi Babylon ? Simplement parce que cette époque d’Hollywood est comparable avec la célèbre Babylone biblique. Qu’est-ce que Babylone dans la Bible ? Un lieu au luxe tapageur, immoral, symbole de la décadence promis à un destin funeste. Or, cet âge d’or du cinéma muet des années 20 y est souvent comparé. En effet, ce fut une période riche et très libre avant l’arrivée du cinéma parlant et des codifications puritaines.

C’est exactement cette période que Chazelle représente dans son film. Le long métrage est une grande fresque historique. Cependant, tout s’enchaîne à un rythme effréné, allant de pair avec la fureur de vivre des personnages. S’il y a des longueurs dans le film, c’est aussi pour nous faire ressentir la lourdeur de l’atmosphère à certains moments de la vie des personnages. Le malaise dans lequel ils se trouvent.

Un casting 5 étoiles

Alors, oui parfois c’est un risque d’avoir choisi des acteurs célèbres mais de réaliser un film moyen. Ici, il n’en est rien. En effet, chacun remplit son rôle avec brio.

Brad Pitt est merveilleux dans son rôle de Jack Conrad. Star du cinéma muet aux multiples excès et femmes. Il interprète avec justesse le looser magnifique qu’est Jack Conrad. Margot Robbie est la jeune actrice parfaite en devenir. Elle interprète Nellie Laroy. Elle est la dose de jeunesse et de nouveauté dans cet Hollywood où tout le monde se connaît. Enfin, celui qui crève l’écran est Diego Calva. Il a le rôle de Manny Torres, un jeune mexicain qui ferait tout pour travailler dans l’industrie du cinéma. Il interprète parfaitement ce personnage qui donnerait tout pour son travail et pour ceux qu’il aime. En effet, il a un réel talent dramatique et sa sensibilité apporte beaucoup à l’ambiance déjantée du film.

Damien Chazelle s’inspire de la réalité pour tous ces personnages. En effet, Margot Robbie incarne un personnage inspiré de la it-girl Clara Bow. Elle était l’un des premiers sex-symbol du cinéma muet. Quant à Brad Pitt, son personnage représente le célèbre John Gilbert, la star du cinéma muet aux multiples conquêtes.

Beau à voir et à écouter

Alors, oui, en allant voir Babylon, vous en prendrez plein les yeux. C’est beau, esthétiquement parlant. Le luxe tapageur est de mise. Vous découvrirez aussi les tournages rocambolesques du cinéma muet. Le tout filmé de manière à nous rendre présents dans ce temps.

Dans ce film, tout nous fait ressentir le théâtre de la vie des personnages. Un peu à la manière d’une tragédie grecque. Un rythme marqué par de grands moments, tous sont entraînés dans la course effrénée des excès. Certains passages pourront même être vus comme une catharsis. C’est à dire des moments de purgation des passions. À l’image de la Babylone biblique, lieu des pêchés qui court à sa perte. 

Si ce film nous fait ressentir tout cela, c’est grâce à l’image bien entendu. Mais aussi à la musique ! En effet, la bande originale de Justin Hurwitz est exceptionnelle. Habitué à travailler avec Damien Chazelle (Lalaland, Whiplash), Hurwitz nous livre une musique parfaite pour ce film. Un Jazz puissant, tapageur qui n’hésite pas à mettre en avant les cuivres. Tout cela nous entraîne dans le tourbillon de Babylon dès les premières images. Justin Hurwitz a su créer l’équation parfaite entre les images et la musique. Il vient d’ailleurs de remporter le Golden Globe de la meilleure musique de film pour Babylon. Le compositeur déjà oscarisé pour Lalaland devrait peut-être pouvoir réaliser un doublé avec Babylon.

Que dire de plus sur Babylon, si ce n’est que c’est un spectacle à découvrir de toute urgence si ce n’est déjà fait. En effet, le nouveau film de Damien Chazelle, malgré son échec au box-office, mérite un véritable triomphe. 

Babylon – Bande-annonce VOST

Guide conférencière diplômée, spécialisée en Histoire de l'art et passionnée de voyages. Ma passion pour l'écriture ma guidée jusqu'à Cultea !

3 Replies to “« Babylon » : la flamboyante fresque historique de Damien Chazelle [critique]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile