Agnès Aokky, nouveau talent électro pop, à découvrir avec Blue Dreams

| | ,

Agnès Aokky est une musicienne électro parisienne, déjà connue comme DJ et animatrice radio. Elle sort Blue Dreams, un clip à tomber que l’on vous présente sur Cultea. Avis aux amateurs de pop électro onirique et savoureuse.

Le style d’Agnès Aokky

Agnès Aokky est une artiste défendue par La Souterraine, un label et une radio qui sait comme personne, dénicher les meilleurs talents français. Avec Blue Dreams, Agnès Aokky, accompagnée de son perroquet Zazou, dévoile une pop aux beats enjoués tout en fraicheur et volupté avec ici et là une pointe de mélancolie. Son but est de nous offrir des petits bijoux pop, dans un très bel équilibre entre légèreté et gravité; profondeur et gravité.

Le clip de Blue Dreams

Le clip mijoté par l’artiste visuel Pascal Gary aka phormazero, s’impose comme le songe d’une nuit bleutée. Il nous plonge dans une dimension atemporelle, méditative où le rêve supplante le chaos mental et celui du monde.
La photo de la pochette est extraite d’une série de photographies réalisées par Armelle Gouyet, elle met en scène Agnès Aokky avec son mini-perroquet Zazou.

AGNES AOKKY - BLUE DREAMS
AGNES AOKKY – BLUE DREAMS

Blue Dreams décrit ces moments entre crépuscule et aube qui s’éveillent à la sensualité et à l’envie de lâcher prise. Une pop qui vaut bien mieux que la dimension gentiment acidulée à laquelle on pourrait s’attendre à la première écoute, d’une candeur et d’une désinvolture masquant joliment des textes parfois teintés d’une belle profondeur.

« Blue Dreams, dont le choix du titre m’a été inspiré par la similitude avec les sonorités de l’expression blue jeans, sonne comme une confidence nocturne. Clin d’oeil onirique & ludique au petit Oskar, héros du Tambour de Volker Schlöndorff. Côté son, j’ai collaboré avec le producteur (et graphiste) franco-suisse Pierrick G. Baur dans une vibe post-dubstep. » nous a expliqué Agnès Aokky.

Voici le clip de Blue Dreams à découvrir en sélection Cultea :

https://www.youtube.com/watch?v=BPyTmqj57NI

Agnès Aokky est sur Instagram

Précédent

Les « femmes de réconfort » : ces esclaves sexuelles qui embarrassent le Japon…

« 9 jours à Raqqa » : de Xavier de Lauzanne, sous les ruines, l’espoir [critique]

Suivant

Laisser un commentaire