3 raisons de (re)découvrir « Le Masque de Zorro » avec Antonio Banderas

En 1998 sortait dans nos salles Le Masque de Zorro. Cet excellent film d’aventures, reprenant le mythe du légendaire homme masqué, est encore aujourd’hui un véritable plaisir à regarder. Ainsi, à l’occasion de ses 25 ans et de sa ressortie dans une édition spéciale, nous vous donnons trois bonnes raisons de (re)découvrir cette œuvre signée Martin Campbell. 

Synopsis : Après avoir croupi vingt ans en prison, Don Diego de la Vega, anciennement Zorro, se cherche un successeur pour continuer à combattre l’oppression du vil gouverneur Rafael Montero. De la Vega enseigne ainsi à Alejandro Murieta, un ancien brigand en quête de vengeance, comment devenir Zorro, ainsi que la responsabilité qui pèse derrière ce masque…

Le Masque de Zorro : une aventure épique 

A l’ère où les super-héros et Marvel trustent le box-office, des films comme Le Masque de Zorro ont un peu tendance à nous manquer dans les salles obscures. Il faut dire que le réalisateur Martin Campbell n’est autre que l’architecte derrière deux James Bond, à savoir GoldenEye et Casino Royale. Autant dire que le bonhomme sait y faire en termes d’action et d’aventures.

Le Masque de Zorro est ainsi une aventure au souffle épique comme on en voit rarement, accessible aux petits comme aux grands. En effet, ce film est d’une rare justesse quant au ton employé. Chacun s’y retrouve dans cette aventure à la fois épique, mais également pleine d’optimisme et de bons sentiments. Le tout, évidemment porté par des scènes d’action aux petits oignons. Les escrimeurs en herbe ne pourront qu’être ravis des incroyables chorégraphies dont nous profitons durant tout le film !

Diablement bien rythmé 

Une des plus grandes qualités du film est probablement sa fluidité. Le Masque de Zorro est un savant mélange d’action, de politique, d’humour, d’intimisme et de grandiose. Un rythme grandement aidé par l’incroyable partition musicale signée James Horner (Avatar). Les scènes s’enchaînent avec une fluidité déconcertante, si bien que, malgré ses 2h16, le film semble presque trop court. Ajoutons à cela les longues scènes de combats à l’épée, parfaitement chorégraphiées et mises en scène, ainsi qu’un sens du drame et de la comédie finement dosé durant ces moments, et vous avez le divertissement parfait pour toute la famille.

Un casting cinq étoiles  

Le Masque de Zorro s’offre un casting en or massif pour porter cette version du justicier masqué. Bien évidemment, on pense au duo Antonio Banderas et Catherine Zeta-Jones, tous deux au sommet de leur charisme et de leur talent. Mais ce couple ne serait pas aussi savoureux sans la légende Anthony Hopkins pour servir de mentor.

Outre ce trio de choc, il ne faut pas oublier les antagonistes. Certes, il s’agit là d’acteurs bien moins connus et à la carrière moins remplis, mais ils n’en demeurent pas moins parfaits dans leurs rôles respectifs. Ainsi, Stuart Wilson est tout bonnement parfait de bout en bout en Rafael Montero, diabolique gouverneur prêt à tout pour plus de pouvoir. Et que serait un personnage diabolique sans son homme de main impitoyable, ici le capitaine Harrison Love, très bien interprété par le charismatique Matt Letscher.

En bref, si vous cherchez un divertissement solide à (re)découvrir, Le Masque de Zorro est tout indiqué. D’autant plus quand celui-ci a été remasterisé en Blu-ray 4k, le tout dans une édition spéciale steelbook. 

Pour nous suivre sur Facebook – Cultea

Journaliste, photographe et réalisateur indépendant, écrire et gérer Cultea est un immense plaisir et une de mes plus grandes fiertés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile