14-18 : quand Maggi et ses « Bouillons KUB » étaient accusés d’espionnage

| | , ,

Les Fake News et autres théories du complot ont la vie dure à notre époque contemporaine… Toutefois, les rumeurs farfelues et totalement fausses n’ont pas attendu internet pour se diffuser massivement. Ainsi, durant la Première Guerre Mondiale, la marque Maggi et ses « Bouillons KUB » furent accusés d’espionnage. 

Les accusations farfelues contre Maggi 

Les emblématiques Bouillons KUB de la marque Maggi furent commercialisés en France en 1908. Le succès ne se fit alors pas attendre. Toutefois, durant la Première Guerre Mondiale, le nom « KUB » commence à éveiller des soupçons chez les nationalistes les plus zélés. Ce nom « KUB » a une sacré consonance germanique non ? Et si l’envahisseur allemand nous espionnait par le biais de cette entreprise ?

bouillon KUB - Cultea

Sauf qu’il y a un petit problème… La marque Maggi n’est absolument pas allemande mais suisse. Elle vient donc du pays neutre par excellence. Mais il est déjà trop tard… La folle rumeur est lancée et Maggi se voit accusée d’espionnage.

Pourquoi cette paranoïa ?

Pour comprendre la paranoïa ambiante et l’ultranationalisme de l’époque, il faut se replacer dans le contexte historique. Début du XXème siècle, la Première Guerre Mondiale menace d’éclater. Cela exacerbe un climat de nationalisme en France, nourri par une mentalité revancharde, faisant suite à la défaite de 1870 (l’une des plus humiliantes de notre histoire).

Ainsi, les Français étaient particulièrement touchés par la crainte de l’espionnage. L’Etat Français ne faisait d’ailleurs rien pour rassurer la population, puisqu’en parallèle, celui-ci abattait sans pitié sa colère contre les agents infiltrés. Autant dire que le climat n’était pas propice aux étrangers, fussent-ils nos voisins frontaliers.

Diffamation (et racisme) 

A cette époque troublée, Julius Maggi est un homme d’affaires Suisse, établi à Paris. Celui-ci est à l’époque la tête d’un empire laitier. Son lait connaissait à ce moment un succès retentissant, à une époque où des milliers d’enfants souffraient encore d’une alimentation soit anémique, soit malsaine (soit les deux).

Lait Maggi - Cultea

Le succès d’un étranger comme Julius Maggi, n’était donc pas du goût de tout le monde. Une aversion que ne cachera pas le « Syndicat des crémiers de Paris et des départements ». Ce dernier lança ainsi en 1912 une campagne d’un racisme sans nom contre l’entreprise Maggi :

« Parisiens, voulez-vous connaître la nationalité exacte de vos fournisseurs ? »

Ainsi s’exprimait une affiche de propagande anti Maggi. Pour faire bonne mesure, celle-ci fut décorée d’un ruban tricolore pour symboliser les laitiers franco-français. Par l’odeur alléchée du racisme et de la délation, L’Action Française (mouvement ultranationaliste et royaliste) se fit un devoir d’en rajouter une couche. Ils se greffèrent donc à ces accusations pour dénoncer l’espionnage ourdi par :

« l’Allemand et son compère le Juif ».

Tels furent les termes de Léon Daudet, journaliste et homme politique. Ce même Léon Daudet s’acharna ainsi sur la marque dans une série d’articles. Il accusa notamment Maggi de dissimuler des activités d’espionnage au profit de l’Allemagne. Une rumeur qui allait causer des dégâts…

Maggi dans la tourmente et victime de saccages  

Suite à ces accusations, le Bouillon KUB fut boycotté, les panneaux publicitaires décrochés et les locaux Maggi vandalisés. En août 1914, alors que la guerre éclate, le phénomène appelé « espionnite » dégénère. Dans Paris et ses banlieues, les magasins sont saccagés par les foules en colère.

Maggi - Cultea

Des rumeurs se répandent : Julius Maggi, le créateur de la marque, se serait enfui avec des millions de Francs. Petit problème… Julius Maggi était mort deux ans plus tôt, en 1912. D’autres rumeurs accusent la marque allemande (ou plutôt suisse mais tout le monde s’en fichait) d’empoisonner les enfants avec son lait.

Les bouillons ne furent pas épargnés par les accusations. Après tout, c’est suspect un Bouillon KUB. Selon beaucoup, les pubs pour les bouillons recélaient en fait des messages secrets à destination des allemands… L’historien Jean-Yves Le Naour exprima sur cette psychose collective que :

« Pour les uns, ces publicités serviraient à guider l’ennemi sur les routes, pour d’autres elles auraient pour but de le renseigner sur les ressources locales à réquisitionner pour son ravitaillement. Tous, enfin, soutiennent que ces plaques émaillées sont placées en des lieux stratégiques, et que ce n’est pas un hasard. »

Enfin, ces rumeurs furent galvanisées par l’Etat français lui-même… Plusieurs Préfets adressèrent ainsi des rapports alarmistes censés démontrer les preuves du complot ourdit par Maggi (le « complot des bouillons cubes » ça sonne bien non ?). Il est à noter que face à ce déferrement de grand n’importe-quoi, Charles Maurras, l’un des fondateurs de L’Action française, tenta de démentir toute implication de son mouvement.

Maggi porte plainte et gagne… très tardivement 

Autant dire que face à tant de diffamations, la marque n’allait pas rester sans rien faire. Une action en justice fut donc déposée dès 1913 contre les diffamateurs. Action en justice qui n’aboutira qu’en 1920. Il faut dire qu’entre temps intervint un évènement historique quelque peu important, à savoir ce qu’on appelait à l’époque la « Grande Guerre ». Autant dire que le « complot des Bouillons KUB » n’était pas la priorité. Malgré tout, Maggi gagna son procès en diffamation.

Avec la fin de la guerre et le rétablissement de sa réputation, Maggi décida donc de communiquer sur les besoins alimentaires. En effet, à la fin du conflit, Les bouillons KUB étaient des moyens peu coûteux de cuisiner à moindres frais.

Ainsi, Maggi regagna peu à peu ses lettres de noblesse. Le « Bouillon KUB » retrouvera sa place dans les cuisines, pour redevenir un phénomène culinaire qui perdure jusqu’à nos jours.  

BOUILLON KUB - Cultea

Sources : 

The following two tabs change content below.

Robin Uzan

Journaliste, photographe et réalisateur indépendant, écrire et gérer Cultea est un immense plaisir et une de mes plus grandes fiertés.
Précédent

« Shang Chi et la légende des dix anneaux » boycotté par la Chine ?

« Star Wars : Knights of the Old Republic » : un remake attendu et nécessaire !

Suivant

Laisser un commentaire