Purple Ashes est de retour avec un hymne pop : « Nothing Is Better »

| | ,

Purple Ashes a dévoilé un nouvel extrait de son album Dreamers. Voici un titre fort et envoûtant appelé Nothing Is Better à découvrir en sélection musicale de Cultea.

Purple Ashes est de retour avec Dreamers, un nouvel EP riche de quatre titres qui posent un regard sur un monde qui change, où les rêveurs ne dorment plus, où la lumière cherche sa route, où les saisons passent, mordues par le temps, où le corps traverse, éprouve et reflète… Entre rock et électro, l’alchimie du duo s’impose dès l’écoute de Nothing Is Better. Ce nouveau single entraînant est une véritable ode au cheminement intérieur et à la résilience.

Une expérience musicale unique 

L’’idée est de traiter de l’expérience de mettre au monde, de donner vie… Le tout en ne niant jamais le corps de la femme, qui toujours éprouve, supporte et reflète son vécu. L’expérience est donc à la fois sensuelle, sexuelle et unique. Des fleurs éclosent sur ce corps mouvant, suivant le tempo musical et corporel de l’interprète. Superpositions et jeu de transparences perdent le spectateur jusqu’à l’ivresse. Quoi d’autre, mieux qu’une fleur pour symboliser à la fois la graine qui germe, un sexe féminin, et l’éclosion de la vie ?

Purple Ashes - Dreamers
Purple Ashes – Dreamers

Purple Ashes est composé de la chanteuse Clémence de la Taille et de son complice Syan. Leur musique sonne parfois trip-hop, électro-pop sans ignorer le rock. Le tout étant toujours sous forme de chansons aux mélodies puissantes… L’approche musicale de Syan tient autant du rythme marqué, que de la mélodie entêtante. Un clavier funambule, en équilibre entre tempo électro, machines et arpèges fous. Pour cet EP, Clémence et Syan collaborent avec Stéphane Schott (LYYNK) en tant que compositeur additionnel et arrangeur, qui vient compléter le virage électro du projet.

Avec les textes poétiques, littéraires, intimes de Clémence, chantés principalement en anglais, finement ciselés et sophistiqués sans excès, Purple Ashes impose son chant clair-obscur, ainsi que sa puissance d’ombre et de lumière.

Purple Ashes – Nothing Is Better

Précédent

Pourquoi les tempêtes et ouragans ont historiquement des noms féminins ?

Le gramophone : une alarme à distance révolutionnaire en Angleterre

Suivant

Laisser un commentaire