La plus ancienne trace d’Homo Sapiens date de 153 000 ans

Un article d’Ichnos vient de dévoiler que des chercheurs ont fait la découverte d’une empreinte de pied d’Homme, vieille de 153 000 ans. C’est actuellement la plus ancienne trace connue d’Homo Sapiens. 

Cette découverte a eu lieu en Afrique du Sud, plus précisément vers le Cap. L’empreinte découverte est la plus vieille empreinte d’Homo Sapiens, qui est le nom scientifique qu’on donne à notre espèce humaine.

La trouvaille des scientifiques s’accompagne d’une multitude d’autres découvertes. En effet en Afrique du Sud, les scientifiques découvrent de plus en plus de traces liées à l’Homme. Cette augmentation concorde avec une méthode de recherche plus précise, comme indiqué dans The Conversation :

« En 2023, la situation est très différente. Il semble que les gens ne regardaient pas assez fort ou ne regardaient pas aux bons endroits »

Néanmoins l’étude d’Ichnos précise que l’attribution d’un ichnosite à une espèce est basée sur des archives archéologiques. En effet, cette datation correspond aux découvertes effectuées dans la région telle que des formes d’art ou encore des outils en pierre.

Pierre taillées servant d’outils

Méthode de datation de l’empreinte d’Homo Sapiens

Afin de déterminer la datation de cette « ichnosites », l’équipe internationale de scientifique basée au Centre africain des paléosciences côtières de l’Université Nelson Mandela, a utilisé la technique de la luminescence optiquement stimulée. Cette méthode consiste globalement à savoir quand un grain de minéraux tels que le quartz a été exposé au soleil.

Compréhension des découvertes

Les découvertes faites par les scientifiques permettent ainsi d’affirmer qu’il 153 000 ans, Homo Sapiens a évolué et prospéré dans cette région.  Cela permet également de comprendre de mieux en mieux les activités qu’il pratiquait. Comme expliqué dans l’étude, cela permet de :

« Fournir non seulement une indication des humains voyageant sur ces surfaces en tant qu’individus ou groupes, mais également des preuves de certaines des activités auxquelles ils se sont livrés »

Selon les scientifiques de l’étude, d’autres traces pourraient être découvertes. Ils espèrent ainsi allonger la liste des anciens ichnosites d’hominidés soit plus longue. Afin de mieux nous comprendre. 

Human Origins – National Geographic

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile