Site icon Cultea

L’opération « Mincemeat » : le cadavre qui nous a fait gagner la guerre !

L'opération "Mincemeat" : le cadavre qui nous a fait gagner la guerre ! - Cultea

Il s’agit là d’un tournant peu connu dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale : le moment où les Britanniques ont dirigé les forces ennemies vers une fausse piste au sujet du lieu d’un débarquement : l’opération « Mincemeat », qui a eu lieu en 1943.

Trouver un moyen de tromper les ennemis

1943. Les Allemands ont établi en Sicile une solide défense. La volonté de défendre cette position témoigne de son importance stratégique. En effet, elle peut fournir un accès direct au continent occupé, mais elle se révèle un endroit parfait pour implanter des forces alliées en Méditerranée.

Conscient de la situation, le haut commandement allié décida d’adopter une tactique proposée dans un roman policier de Basil Thomson. La technique est assez simple. On abandonne un cadavre en mer, à proximité des côtes ennemies. Ce dernier doit revêtir un uniforme d’aviateur. De plus, il doit posséder de fausses informations qui tomberont entre les mains de l’ennemi.

Même s’il s’avère simple sur le papier, le leurre a demandé de grands efforts à ceux qui en avaient la charge. Il fallait tout d’abord trouver un cadavre ! On décida de prendre le cadavre d’un dénommé Glyndwr Michael, un homme sans famille et sans passif, décédé d’une pneumonie. La cause de sa mort arrangea les Alliés, car ses poumons remplis de liquide favorisaient la mise en scène de la noyade. Il fallait ensuite lui créer une nouvelle identité. On décida de le nommer William Martin. Ce dernier était un major né à Cardiff en 1907.

Papiers d’identité de William Martin (source : Wikipédia)

On remet au cadavre divers documents, y compris les faux messages qui attestent que le débarquement prévu aura lieu non pas en Sicile, mais en Grèce.

Le piège est à présent prêt, il n’y a plus qu’à le mettre en place. Ainsi est née l’opération « Mincemeat ».

Le déroulement de l’opération « Mincemeat » : les ennemis mordent à l’hameçon

Le corps de Glyndwr Michael, ou William Martin, fut apporté sur un sous-marin britannique : le HMS seraph. Il se trouvait dans une boîte en acier scellée.

Le 19 avril 1943, le seraph prit la mer pour longer la côte espagnole. Onze jours plus tard, après avoir analysé les conditions météorologiques et calculé la trajectoire que le cadavre emprunterait, on décida de lancer l’opération. À 4h30, on jette le cadavre à la mer. Puis, on envoie un message au haut commandement allié : « Mincemeat completed « , ou en français « Hachis terminé ».

Un pêcheur espagnol découvre le corps sur la plage, du côté d’Huelva, au sud-ouest de l’Espagne donc. On emmena le corps à la défense allemande, l’Abwehr. Après avoir conclu à l’autopsie que l’homme était mort de noyade, les Allemands prennent en photo les notes qu’il avait sur lui. Ces photographies sont envoyées au meilleur analyste de l’armée allemande : Alexis Von Roenne. Pour lui, il n’y a aucun doute possible. Le débarquement aura bien lieu en Grèce, et non en Sicile. Les troupes établies quittent alors peu à peu la Sicile, notamment deux divisions de panzers.

Par cette ruse, les Alliés ont pu lancer leur offensive en Sicile, le 10 juillet 1943. Grâce à cette offensive, nommée « Opération Husky », un second front en Europe voit le jour. Les Allemands commencent alors à perdre la mainmise sur la situation, car ils doivent à présent s’occuper des Alliés au Sud, mais aussi des Russes à l’Est. La vapeur est inversée. Cette histoire incroyable fut récemment contée dans le film La Ruse

La Ruse – Bande-annonce 

 

Sources :

Quitter la version mobile