« Final Fantasy XVI » : Naoki Yoshida, producteur du jeu, n’aime pas l’exclusivité sur PS5 !

C’était évident que Final Fantasy XVI allait diviser la communauté des fans de la franchise. Le changement est si radical que certains se demandent même pourquoi il se nomme Final Fantasy. Alors que les chiffres de vente n’affichent pas le meilleur épisode, Naoki Yoshida, producteur du jeu, pousse un coup de gueule sur l’exclusivité PS5, avouant qu’il n’aime pas ça.

Vendu à plus de trois millions d’exemplaires, Final Fantasy XVI annonce déjà du nouveau contenu, dont un DLC prochainement. Toutefois, ses ventes commencent à baisser et son score semble ne pas atteindre celui de son prédécesseur, Final Fantasy XV. Bien évidemment, Final Fantasy XVI n’a pas plu à tous les joueurs, mais tous les épisodes de la franchise ont toujours divisé leur public.

Dans notre test, nous décrivions le titre de Square Enix comme une œuvre spectaculaire mais très imparfaite, avec une grande prévisibilité du scénario. Si nous avions écrit plus, nous aurions dit que l’un des vrais gros problèmes du titre (en y réfléchissant bien) vient de son antagoniste ultime, absolument raté, et qui semble tout droit sorti d’un roman de littérature jeunesse, dont les enjeux sont complètement flous…

Soyons francs, c’est lui qui aurait dû être le vrai méchant du jeu, non ?

L’exclusivité sur PS5, un vrai problème ?

Revenons aux faits. Les faibles ventes du jeu et le fait qu’il divise la communauté viennent en partie de son exclusivité PS5. Beaucoup de joueurs ne peuvent pas le découvrir, soit parce qu’ils sont chez les concurrents, soit parce qu’ils ne peuvent pas encore se procurer une PS5. Cette exclusivité pousse justement Naoki Yoshida, producteur du jeu, à pousser un coup de gueule contre Final Fantasy XVI, ou plus exactement sur le fait que plusieurs joueurs ne pourront pas le découvrir.

Ainsi, dans une interview accordée à la chaîne YouTube taïwanaise Muyao 4 Super Player, Naoki Yoshida a fait part de ses regrets concernant l’exclusivité PS5 de son projet.

Les plates-formes de jeu… Je ne devrais probablement pas le dire, mais j’aimerais qu’il n’y en ait qu’une seule. Ce serait mieux pour les développeurs et les joueurs.

Heureusement, le contrat d’exclusivité entre Sony et Square Enix n’est que temporaire. Le jeu devrait donc pouvoir sortir sur d’autres consoles. Reste à voir avec le temps si Final Fantasy XVI saura attirer plus de fans grâce à ses qualités, à l’instar de son prédécesseur. 

Bande-annonce Final Fantasy XVI

Pour nous suivre sur Facebook – Cultea 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile