11 avril 1961 : le procès d’Adolf Eichmann commence

11 avril 1961 : le procès d'Adolf Eichmann commence

Après avoir été arrêté lors de l’opération Attila, Adolf Eichmann, responsable de l’extermination du peuple juif pendant la Seconde Guerre mondiale, est emmené en Israël pour être jugé. Le 11 avril 1961, un an jour pour jour après son arrestation, un incroyable procès commence. 

La bête à la vue de tous, dans une cage en verre

Le teint pâle, des yeux froids derrière des lunettes rondes : voilà comment Adolf Eichmann, l’homme de la situation finale, se présente devant le tribunal.

Le journaliste israélien Haim Gouri, qui assiste à l’ouverture du procès, décrit ainsi l’arrivée d’Eichmann :

« Il est entré dans la cabine de verre à 8 h 55. Sans préavis. Simplement, il est entré et il s’est assis. Grand, sec ; complet sombre, chemise blanche méticuleusement repassée, cravate. Deux policiers immobiles à ses côtés. C’est tout. »

11 avril 1961 : le procès d'Adolf Eichmann commence
Adolf Eichmann, entouré de deux gardiens lors de son procès.

Une cage de verre. Voilà dans quoi doit résider l’accusé pendant la totalité des séances de son procès. Au cours des 121 séances qu’a duré le procès, Eichmann n’en est sorti qu’une seule fois, à la demande du tribunal, dans le but de montrer la localisation de Bialystok sur une grande carte. Cette ville polonaise a été assaillie par les nazis en 1941, quelques jours après l’opération Barbarossa. Si elle intéresse particulièrement le tribunal, c’était parce qu’elle a été le théâtre d’exécutions massives et de pillages orchestrés par les forces allemandes.

Des témoignages qui font froid dans le dos

Qui dit procès dit témoins appelés à la barre. Et les témoins de ce procès n’ont véritablement pas hésité à refaire surgir leurs vieux démons pour inculper Adolf Eichmann.

Ils ne sont pas moins de 111 à se présenter devant Eichmann et le tribunal pour partager leurs passés respectifs, qui ont tous une chose en commun : la souffrance causée par Eichmann. Par exemple, une Biélorusse du nom de Rivka Yosselevska raconte ses derniers instants passés avec sa fille Martha, âgée de 8 ans. Elle raconte qu’avant d’être emmenée par une unité des Einsatzgruppen, elle lui aurait demandé :

« Maman, pourquoi tu m’as mis mes habits du dimanche, puisque c’est pour nous tuer qu’ils nous emmènent ? »

Sa fille est abattue la première. Rivka, quant à elle, parvient à s’en sortir. Les témoignages similaires ne cessent de se succéder. À chaque témoignage, Eichmann semble insensible. Il écoute, mais ne compatit pas.

La défense d’Eichmann : « Je n’ai fait qu’obéir aux ordres »

Même si Eichmann est conscient qu’il n’a aucune chance de s’en sortir, puisqu’il a reconnu les faits à plusieurs reprises, il organise toute de même une défense.

Tout d’abord, au fil des séances, on constate que la défense de l’accusé ne cesse de s’organiser. Durant les premières séances, Eichmann se présente devant le tribunal et les témoins avec quelques feuilles. Mais au fur et à mesure du procès, celles-ci ont laissé place à une montagne de dossiers.

La défense d’Eichmann joue également sur ce qu’Hannah Arendt appelle l’obéissance cadavérique. Eichmann reconnaît ce qu’on lui reproche, mais maintient devant le tribunal qu’il n’a agi que par devoir. Il explique qu’il a été victime d’une dépendance totale à une force plus grande que la raison et la morale elles-mêmes : le gouvernement, Himmler et Hitler.

Ni les témoins ni le tribunal n’acceptent la défense d’Eichmann. Hannah Arendt explique que l’homme a agi en son âme et conscience. Il savait ce qu’il faisait, et le faisait car il aimait faire souffrir les Juifs. Elle affirme dans son livre Eichmann à Jérusalem (1963) :

« Et parce que vous avez soutenu et exécuté une politique qui consistait à refuser de partager la terre avec le peuple juif et les peuples d’un certain nombre d’autres nations […] nous estimons que personne, qu’aucun être humain, ne peut avoir envie de partager cette planète avec vous. C’est pour cette raison, et pour cette raison seule, que vous devez être pendu. »

Les dires d’Hannah Arendt se sont réalisés par la suite. Sept mois après l’ouverture du procès, le 11 décembre 1961, le tribunal se réunit pour énoncer le verdict. On reconnaît Eichmann coupable de crimes contre l’humanité, mais également comme exterminateur de tout un peuple. Quatre jours après, on le condamne à la peine capitale, la pendaison. Bien que son avocat tente de lui épargner la corde, la demande d’appel est rejetée. Eichmann est pendu dans la nuit du 31 mai 1962, puis incinéré.

Procès d’Adolf Eichmann : George Wellers témoigne au sujet de l’arrivée des enfants du Vel d’Hiv au camp de Drancy

 

Sources :

2 Replies to “11 avril 1961 : le procès d’Adolf Eichmann commence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *