Pain au chocolat ou chocolatine : que dit l’Histoire ?

Depuis des années, le débat chocolatine VS pain au chocolat agite les sujets de discussion. Mais que dit l’histoire dans tout ça ? 

L’origine de la viennoiserie

Pour commencer, l’appellation « viennoiserie » vient de la ville de Vienne. Dès le XVIIe siècle, les ouvriers autrichiens maîtrisaient la fabrication de produits réalisés à partir de pain, comme le kipferl, l’ancêtre du croissant. À son arrivée en France en 1770, Marie-Antoinette d’Autriche a rapporté quelques viennoiseries dans ses bagages. Ce sont ensuite deux Autrichiens, August Zang et Ernest Schwarzer, qui ouvrent en 1837 leur « Boulangerie viennoise », au 92 rue de Richelieu dans le IIe arrondissement de Paris.

Ils importent en France leur savoir-faire et commercialisent les premiers croissants. Ils amènent aussi une version chocolatée, le Schokoladencroissant, ou Schokoladen, pour faire plus court. Avec l’accent autrichien, le « d » se prononce « t ». Les Parisiens vont se mettre à utiliser le mot qu’ils entendent, soit « chocolatine ».

L’arrivée du pain au chocolat

Au début du XXe siècle, des boulangers français se réapproprient le Schokoladencroissant et remplacent la pâte à pain par de la pâte feuilletée. Il leur faut un nouveau nom. Ils choisissent de mélanger le mot « pain » pour faire le lien avec leur métier. Ils pensent tout simplement à « pain au chocolat », l’expression rappelant le traditionnel goûter des enfants. C’est à partir de ce moment que la confusion est née.

L’invention de la pâte feuilletée, ingrédient principal du pain au chocolat, est attribuée à un pâtissier français nommé Marie-Antoine Carême au début du XIXe siècle. C’est lui qui a développé la technique de la pâte feuilletée. Elle consiste à superposer des couches de pâte et de beurre pour obtenir une texture feuilletée et croustillante.

Le nouveau nom est adopté par les Français, mais pas par tout le monde. Dans une grande partie du sud du pays, en Aquitaine et en Occitanie, des irréductibles ont préféré garder l’appellation d’origine. De quoi renforcer le clivage nord/sud.

Ainsi, le pain au chocolat est une viennoiserie qui a évolué au fil du temps. Elle est un incontournable aujourd’hui de la culture culinaire française.

Provenance du mot « chocolatine »

Le terme « chocolatine » est principalement utilisé dans le sud-ouest de la France et en Occitanie. L’origine exacte du terme « chocolatine » est incertaine, mais plusieurs théories existent.

L’une des théories les plus courantes est que le mot « chocolatine » dérive du mot occitan « chicolatina » ou « chicolatino », qui signifie « petit chocolat ». Cette théorie est soutenue par le fait que le sud-ouest de la France a une forte influence de la culture occitane, langue romane parlée dans cette région depuis le Moyen Âge.

Une autre théorie populaire est que le terme « chocolatine » a été inventé par des boulangers français. Ils ont commencé à vendre des viennoiseries en Amérique du Sud au début du XXe siècle. Ils auraient utilisé le mot « chocolatine » pour se différencier des concurrents qui utilisaient le terme « pain au chocolat ».

Quelle que soit l’origine exacte du terme, l’utilisation de « pain au chocolat » ou de « chocolatine » reste un sujet de débat en France, avec des préférences régionales et individuelles influençant le choix du terme utilisé.

Sources : 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile