Les premières traces de la mondialisation retrouvées en Israël ?

Les premières traces de la mondialisation retrouvées en Israël ? - Cultea

Des archéologues ont fait une sacrée découverte au sein du désert du Néguev, en Israël. En effet, ces derniers n’ont pas trouvé de trésors, mais des huîtres. On peut penser que cette trouvaille n’a aucune valeur historique. Mais en réalité, ces huîtres peuvent potentiellement permettre aux experts de déterminer les débuts du processus de mondialisation.

Petite définition : qu’est-ce que la mondialisation ?

Même si le terme « mondialisation » est apparu vers 1904, ce n’est que depuis les années 70 que de nombreux historiens et géographes ont commencé à s’intéresser audit processus. Voici la définition finalement adoptée :

Il s’agit d’un processus historique, pluriséculaire, de mise en relation des sociétés du monde entier, ou plutôt du Monde avec une majuscule, devenu un lieu commun à toute l’humanité.

Géo Confluences

En d’autres termes, la mondialisation nomme en réalité les relations établies entre deux sociétés au minimum. Qu’il s’agisse des flux matériels ou immatériels, elle s’inscrit dans de nombreux domaines, comme celui de la sociologie et de l’économie, de la culture ou de la technologie.

La mondialisation ne s’arrête pas uniquement à l’échelle de l’objet ou des biens. Les mouvements humains comme les migrations s’inscrivent également dans le processus de la mondialisation, puisqu’il s’agit d’un échange entre 2 points donnés.

Concernant l’origine du processus, des chercheurs comme Christian Grataloup se sont accordés pour dire que la mondialisation avait réellement commencé lors de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. Pour ledit chercheur, la mondialisation s’est faite en trois phases :

  • Découverte de l’Amérique (1492)
  • Première révolution industrielle (1750)
  • Diffusion du capitalisme et néolibéralisme sur la planète (1980)

Un processus qui existe depuis l’Antiquité

Ce que Christian Grataloup présente, c’est la mondialisation économique que l’on connaît aujourd’hui. On peut donc parler de la « mondialisation moderne ». En revanche, dans la définition même du processus, on se rend compte que les échanges ont toujours existé. La fameuse découverte des huîtres en Israël peut le confirmer.

Sur la route de l’encens au sein du désert du Néguev, qui était une véritable voie commerciale et de voyage pour l’encens et les épices, les archéologues ont trouvé des restes d’huîtres. Des restes accompagnés d’autres mollusques et poissons.

Désert du Négev - Cultea
Désert du Négev

Ces restes mettent donc en avant les échanges commerciaux que connaissait la zone du Moyen-Orient. Une réalité que souligne le professeur Guy Bar-Oz à Antiquity :

« Ces découvertes montrent les débuts des processus de mondialisation dans le monde antique et l’importance particulière du Moyen-Orient et des étendues désertiques en particulier, au carrefour de l’Orient et de l’Occident. »

Une découverte qui rappelle donc les dires d’Yves Boquet, enseignant-chercheur en Géographie, qui rappelle dans son livre La mondialisation. Un monde organisé en système (2018) l’importance des échanges de boissons et de nourritures dans ces processus.

La découverte de ces restes d’huîtres peut être perçue comme banale. Mais en réalité, elle a une grande importance anthropologique. Elle va permettre de mieux comprendre le Moyen-Orient lors de la période antique, ainsi que les relations qu’il entretenait avec les autres sociétés.

 

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.